Nouveau Réseau CEREDA « Le Petit Prince »

En direction de l’adolescence

Les samedis 10 oct., 5 déc. 12 déc., 9 janv., 27 fév. 5 mars, 23 avril, 21 mai – Le Havre

Dimanche 27 septembre 2015, par MB // ACF 2015-16 : les archives


Comme l’an passé le travail du groupe « Le Petit Prince » est essentiellement axé sur le thème proposé par Jacques-Alain Miller – « En direction de l’adolescence1 » – et sur la lecture du séminaire VI de Jacques Lacan2.

Chaque séance de travail s’organise en général en deux temps :

  • Une partie théorique – atelier de lecture - dont le fil conducteur est le séminaire VI de Jacques Lacan – Le désir et son interprétation.
  • Une partie clinique – étude de cas mettant en avant le thème de l’année : « En direction de l’adolescence ». La personne proposant un cas peut se faire aider par un petit groupe qui l’accompagne dans l’élaboration de ce cas et l’aide à témoigner des points vifs. Tous les participants reçoivent le texte final en temps utile.

Notes :
1 En direction de l’adolescence sera le thème de la 4e journée de l’Institut de l’Enfant qui aura lieu en mars 2017 en région parisienne.
2 Jacques LACAN, Le Séminaire, livre VI, Le désir et son interprétation (1958-59), Editions de La Martinière, Le Champ Freudien (juin 2013).

- Samedi 10 octobre 2015
Cette année, nous continuerons notre lecture du séminaire VI de Jacques Lacan, Le désir et son interprétation. Lors de cette séance de travail Sylvie Vitrouil clora l’étude de la partie : « Sept leçons sur Hamlet ».
Hamlet aux prises avec la jouissance maternelle ne sait comment faire avec son désir. Nous avons vu comment suspendu à l’heure de l’Autre il procrastine. Ce n’est que dans l’identification à son ami Laërte qu’il retrouvera le chemin de son désir. Nous aborderons les différentes élaborations de l’objet a en rapport avec la jouissance.

Lors de la dernière Journée de l’Institut de l’Enfant, Jacques-Alain Miller a proposé une orientation de travail pour la prochaine Journée de l’Institut de l’Enfant en 2017 : l’adolescence ou plus précisément, il propose de « penser en direction de l’adolescence ». Martine Beuzelin et Monique Ternon présenteront L’éveil du printemps (*).
L’éveil du printemps est l’œuvre de l’écrivain allemand Frank Wedekind. Ecrite en 1890-91, cette pièce a, par bien des côtés quelque chose de toujours actuel. Peut-être est-ce dû aux préoccupations des adolescents - qu’il met en scène, préoccupations, questions qui sont celles des jeunes lors de l’éveil pulsionnel de la puberté, à la sortie du monde de l’enfance… Cette pièce est un véritable catalogue clinique dans lequel les personnages révèlent leurs différentes positions vis à vis de leur jouissance. Nous verrons comment le réel de la jouissance a pu faire effraction pour chacun d’eux : dans le rêve, dans le corps, la pensée et comment chacun tente de trouver une réponse.

(*) F.Wedekind, L’éveil du printemps, tragédie enfantine, traduit de l’allemand par F.Régnault, préface de J. Lacan, Le manteau d’Arlequin – Théâtre français et du monde entier, Gallimard, 2003 (1e édition en 1974).

- Samedi 12 décembre 2015
Dans un premier temps, Michèle Couboulic, Martine Desmares, Jocelyne Hourdin et Jean-Yves Vitrouil exposeront et discuteront le chapitre 21 « La forme de la coupure » du séminaire VI de Jacques Lacan, Le désir et son interprétation.

Ensuite, Sylvie Vitrouil présentera le cas d’Elsa.
Elsa, élève de cinquième, ne peut plus se déplacer seule. Elle parvient à retourner au collège après quinze jours d’absence, accompagnée de sa mère ou d’une camarade. Nous verrons comment, grâce à l’utilisation du savoir des langues et de la musique, elle se constitue des « bulles » qui lui permettent d’appréhender le monde et de faire de nouvelles expériences.

- Samedi 9 janvier 2016
Dans un premier temps, Jocelyne Hourdin présentera la dernière partie du chapitre 21 « La forme de la coupure » du séminaire VI de Jacques Lacan, Le désir et son interprétation. Elle articulera son propos avec le cas de Nadia, cas exposé par Rosine et Robert Lefort dans leur livre : Naissance de l’Autre (*).

Dans un second temps, nous discuterons le cas présenté par Jean-Yves Vitrouil : « Mais je suis une adolescente ! ». Une adolescente, c’est ainsi que se présente Jasmine, une jeune fille âgée d’une vingtaine d’années. Adolescente, c’est ce qu’elle donne à voir et à entendre dans une exubérance étourdissante. Elle pourrait être classée dans cette catégorie que les sociologues nomment adulescence, mais nous pourrons voir comment cette façon d’être et cette nomination l’aident à se maintenir en équilibre au bord du trou.

(*) Rosine et Robert Lefort, Naissance de l’Autre, deux psychanalyses : Nadia, 13 mois, Marie-Françoise, 30 mois, Seuil, Le Champ Freudien, 2008

- Samedi 27 février 5 mars 2016
Dans un premier temps, Martine Desmares et Michèle Couboulic poursuivront sur la construction du fantasme fondamental (Chap. 20) en cours d’élaboration par Jacques Lacan, et les chapitres 21 « La forme de la coupure » et 22 « Coupure et fantasme » de son séminaire VI : Le désir et son interprétation. A partir du travail précieux présenté par Jean-Yves Vitrouil et Jocelyne Hourdin, nous avons vu surgir l’articulation avec la clinique du jeune enfant et la naissance du sujet.
Questionnés par la structure du cas de Jean-Yves Vitrouil de cette adolescente en grande difficulté pour se faire un Nom qui oscille entre exaltation de la langue et moments dépressifs inquiétants, nous tenterons d’avancer dans le Séminaire qui oriente dans la direction de la cure et l’interprétation selon la structure. Après la coupure qui nous est apparue essentielle et qui signe dans la fin du Séminaire, une boussole pour la pratique analytique, nous tenterons de refaire une boucle entre le caractère assurément pervers du fantasme fondamental, et ce, dans toutes les structures et la spécificité d’une dialectique du désir chez le névrosé (Cf. Chap. 24).

Ensuite, Martine Beuzelin présentera le cas d’Aline. Celle-ci, âgée de onze ans, est en CM2. Tout semble compliqué et difficile tant à l’école, avec les autres qu’à la maison. Le père présente sa fille comme une « adolescente revendicative ». Nous tenterons de cerner la position d’Aline et ce qui se joue pour elle tant dans ses relations aux autres que dans sa famille.

- Samedi 23 avril 2016
Dans un premier temps, Jocelyne Hourdin et Catherine Leseigneur poursuivront le travail sur le séminaire, livre VI, Le désir et son interprétation de Jacques Lacan. Au travers de la clinique de l’hystérique, de l’obsessionnel et du phobique, nous essaierons d’approcher en quoi ces positions sont une sorte d’« alibi » entre désir du sujet et désir de l’Autre. Grâce au démontage de l’appareillage complexe des scénarii pervers dans l’exhibitionnisme et du voyeurisme, nous verrons que le désir chez le pervers « vise le désir de l’Autre mais qu’il croit y voir un objet ». Avec Gide nous repérerons la singularité du splitting qui a façonné le versant pervers de sa personnalité.

« J’ai le diable au corps » : Alexia Hautot nous présentera le cas de Julien. Nous verrons comment Julien est pris dans le discours de l’Autre. Le travail entrepris avec lui est mouvant et fragile. Comment Julien, pris dans la Jouissance de l’Autre peut-il se pacifier ? Afin d’alléger le poids de l’Autre, il s’agit d’avoir une « écoute qui se veut bienveillante, faisant confiance à la volonté de parole qui permettrait de prendre le pas sur sa volonté de jouissance(*) ».

(*) Deltombe Hélène, « Sortir de l’adolescence » dans Mental n°23, décembre 2009, p 103

- Samedi 21 mai 2016
Dans un premier temps, Jean-Yves Vitrouil conclura le travail sur le séminaire, livre VI, Le désir et son interprétation de Jacques Lacan : le chapitre 23, « Vers la sublimation », avec la présentation d’un travail sur l’artiste et la sublimation.

Ensuite Caroline Crochet présentera le cas de Cédric. Enfant, Cédric est en proie à une intense douleur de vivre. Lors de la première rencontre, il se présente en liant son existence à la perte d’un objet. Le sens du monde qui l’entoure lui échappe et l’angoisse.
Des années plus tard, c’est avec un intérêt pour une langue étrangère que Cédric tente de traiter ce vide. Nous verrons comment il s’empare de mots nouveaux et s’éloigne de sa langue maternelle, si énigmatique pour lui.

Ce séminaire est organisé par Martine Desmares et Jean-Yves Vitrouil.

Il aura lieu les samedis 10 octobre, 5 décembre 12 décembre 2015, 9 janvier, 27 février 5 mars, 23 avril, 21 mai 2016 de 15h à 17h.

UCID, Hôpital Pierre Janet , 47 rue de Tourneville, 76600 Le Havre.
Consulter le Plan d’accès

Pour participer, il est nécessaire de s’inscrire :

Martine DESMARES 02 35 20 11 11

Jean-Yves VITROUIL 06 08 41 23 78

Pour obtenir des renseignements complémentaires envoyer un mail à

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».