Accueil > ACF-NORMANDIE > Esquisse de Septembre

Recherche

Par activités


Publié le mardi 4 septembre 2018

L’Edito de la déléguée régionale de l’ACF-Normandie

Esquisse de Septembre

Septembre 2018







En septembre, on sort son agenda !
C’est le moment de s’inscrire... aux soirées en Normandie mais aussi aux événements de l’Ecole...

Matinée des cartels

La « Matinée des cartels » aura lieu le 15 septembre en présence de Laurent Dupont, vice-président de l’ECF.
Marie-Hélène Pottier, déléguée aux cartels a fait le choix de faire intervenir les collègues qui nous présentent leur produit de cartel régulièrement lors des séances du Séminaire Interne. Leur lecture singulière du livre de Eric Laurent L’envers de la biopolitique - une écriture pour la jouissance,nous éclaire dans notre propre lecture de ce texte dense.
Le cartel, dispositif de travail central de l’Ecole, prend une place de plus en plus importante au sein de notre ACF, grâce au travail de longue haleine mené par les différents délégués aux cartels qui ont su relancer le désir de cartel.
Il vous est possible dès maintenant d’adresser vos propositions de cartel à Marie-Hélène Pottier qui se fera un plaisir de les présenter lors de cette matinée.
Je souligne aussi l’importance, pour notre communauté de travail, du séminaire interne. Il est possible de prendre le train en marche et de nous rejoindre en nombre aux dates proposées par le responsable, Serge Dziomba.

48e Journées de l’ECF : Gai, gai, marions-nous ! - La sexualité et le mariage dans l’expérience psychanalytique

JPEGS’inscrire aux J48 : Gai, gai, marions-nous ! qui auront lieu les 17 et 18 novembre au Palais des Congrès à Paris.

L’argument de Laura Sokolowsky et Eric Zuliani, original, présenté sur cet objet : « carte de jeux » décline les différentes façons, non exhaustives, dont les parlêtres jouent leur partie dans la sphère du conjugo.
Je vous invite à « surfer » sur le blog des journées,. Vous y trouverez des textes variés, des vidéos comme celle par exemple d’Elizabeth Garouste qui témoigne du passage « d’un mariage boiteux à un mariage heureux », des lectures d’extraits du séminaire de Lacan ou du séminaire inédit de Jacques-Alain Miller, Divins détails. Et enfin, vous y trouverez une bibliographie riche et passionnante !

Pour nous introduire au thème de ces Journées, une surprise préparée par Lydie Lemercier, Claire Pigeon et Christelle Pollefoort nous attend le 17 octobre. En effet, le séminaire Arts-Connexion nous invite à assister à une soirée Théâtre au CDN. Pensez à réserver votre place ! Doreen est une pièce de David Geselson, d’après Lettre à D. d’André Gorz.
A n’en pas douter, ce spectacle intimiste non seulement ne nous laissera pas insensible mais lèvera peut être le voile sur cet amour qui peut faire tenir ensemble deux parlêtres jusqu’à la mort, ou jusque dans la mort elle-même. Cette soirée sera suivie d’un débat avec David Geselson, animé par Marie-Claude Sureau, membre de l’ECF.

Une seconde soirée exploratoire du thème des Journées - Mariage et symptôme- nous est proposée par Zoé Verhamme le 16 octobre.
Une soirée éclectique : deux ouvrages, Du mariage considéré comme un des beaux -arts de Julia Kristeva et Philippe Sollers, Dans le Jardin de l’ogre de Leïla Slimani, un cas clinique, et enfin un exposé plus théorique - et donc quatre intervenants : Zoé Verhamme, Martine Desmares, Marie Neveu et Eric Blumel, membre de l’ECF.
Les interventions sont prometteuses, nous vous espérons nombreux pour débattre avec nous.

Journée CPCT- Paris : Un lien social sans commune mesure - Singularité de la clinique et discours analytique

La journée annuelle du CPCT - Paris, avec Jean-Daniel Matet et Antoni Vincens :
Un lien social sans commune mesure - Singularité de la clinique et discours analytique aura lieu le 6 octobre.
Je vous livre cet énoncé de Lacan, extrait de l’argument de la journée :
« En fin de compte, il n’y a que ça, le lien social. Je le désigne du terme de discours parce qu’il n’y a pas d’autre moyen de le désigner dès qu’on s’est aperçu que le lien ne s’instaure que de s’ancrer de la façon dont le langage se situe et s’imprime, se situe sur ce qui grouille, à savoir l’être parlant. »
Cet argument met l’accent sur le pari relatif « au surgissement du discours de l’analyste et ce, grâce à l’accueil que celui-ci fait aux autres discours, qui pourront être déplacés, basculer dans une autre discours de par l’intervention de l’analyste ».
A n’en pas douter, ce thème qui met en son centre le lien social comme discours nous enseignera au delà de la clinique du CPCT.

Marie Izard-Delahaye, Déléguée Régionale.

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».