Accueil > ANTENNE CLINIQUE > Session 2022 > Séminaire théorique : Ce qui fait trauma…

Recherche

Par activités


Publié le jeudi 26 août 2021

Antenne clinique – Session 2022

Séminaire théorique : Ce qui fait trauma…

(Le vendredi de 10h45 à 12h15)

Avant d’entrer dans le discours-courant, le trauma a été au coeur de la recherche freudienne sur l’étiologie des névroses. L’expérience clinique a démontré à l’inventeur de la psychanalyse la dimension traumatique de la découverte de la sexualité. Les différentes formulations freudiennes du symptôme tentent d’approcher la complexité des déterminations et l’importance du fantasme.

Dans la suite de la Première Guerre mondiale et des grands traumatismes qui lui sont liés, Freud met en évidence une compulsion de répétition où le sujet revit, de façon répétée, l’expérience traumatique. Cette observation le conduit à mettre en question le principe de plaisir et à introduire son au-delà.

Dans la clinique contemporaine, le terme de trauma a pris une extension considérable. Le diagnostic de syndrome de stress post-traumatique, très souvent posé, s’appuie sur la seule observation des signes cliniques justifiant les pratiques thérapeutiques actuellement en vogue qui tiennent leur légitimité du préfixe neuro. Elles négligent les pouvoirs de la parole sur l’être parlant ignorant la diversité du drame singulier, vécu par chaque sujet, au un par un.

L’orientation psychanalytique, réinventée par Lacan, élargit le concept de trauma. Le sujet, dès la naissance, est exposé à l’événement fortuit, à la mauvaise rencontre, à la pure contingence qui font trauma… Le clinicien d’orientation lacanienne peut favoriser l’émergence d’un nouveau discours qui s’appuie sur les réponses singulières du sujet.


“Les incidents traumatisants ne sont épargnés à nul être humain et personne n’échappe aux refoulements que provoquent ces traumatismes.”
Sigmund Freud, Abrégé de psychanalyse, 1938.

« N’est-il pas remarquable que, à l’origine de l’expérience analytique, le réel se soit présenté sous la forme de ce qu’il y a en lui d’inassimilable – sous la forme du trauma. »
Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1973, p. 55.

« Le véritable noyau traumatique ce n’est pas la séduction, la menace de castration, l’observation du coït, ni non plus la transformation du statut de tout cela en fantasme, ce n’est pas OEdipe et castration. Le véritable noyau traumatique est le rapport à la langue. »
Jacques-Alain Miller, « Lacan avec Joyce », La Cause freudienne, n° 38, Paris, Seuil, février 1998, p. 7.


Bibliographie :
Une bibliographie générale sera consultable dès le début de la session. Chaque enseignant sera susceptible de donner des éléments supplémentaires.
Certains ouvrages sont consultables à la bibliothèque commune de l’Antenne clinique de Rouen et de l’ACF-Normandie à la Maison de la psychanalyse – 48 rue de l’Abbé de l’Epée à Rouen.

Revenir à la Session 2022 » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».