Principes

Présentation des Sections cliniques par Jacques-Alain Miller

Vendredi 3 septembre 2010, par BB // Présentation de l’Antenne


Le diplôme de psychanalyste n’existe dans aucun pays au monde. Il ne s’agit pas d’un hasard ou d’une inadvertance : la raison en est liée à l’essence même de la psychanalyse.

On ne voit pas bien en quoi peut consister l’examen de la capacité à être analyste, puisque l’exercice de la psychanalyse est d’ordinaire privé, réservé à la confiance la plus intime accordée par le patient à l’analyste.

Admettons que la réponse de l’analyste soit une opération, est-ce à dire une interprétation, sur ce que nous appelons l’inconscient. Cette opération ne pourrait-elle constituer un matériel d’examen ? D’autant plus que l’interprétation n’est pas l’apanage de la psychanalyse et est même utilisée par des critiques de manuels, documents et inscriptions.

L’inconscient freudien se constitue seulement dans la relation de parole que j’ai décrite : il ne peut être validé en dehors de celle-ci et l’interprétation analytique est convaincante non en soi mais par les effets imprévisibles qu’elle suscite chez celui qui la reçoit, et dans le contexte même de cette relation. Il n’y a pas de porte de sortie.

Seul l’analysant pourrait attester alors la capacité de l’analyste, si son témoignage n’était pas altéré, souvent dès le début, par l’effet du transfert. Comme nous le voyons, le seul témoignage valable, le seul susceptible de donner une certaine garantie concernant le travail, serait celui de l’analysant « post-transfert » encore disposé à défendre la cause de l’analyste.

Ce que nous appelons ainsi « témoignage » de l’analysant est le noyau de l’enseignement de la psychanalyse, en tant que ce qui a pu se clarifier, dans une expérience essentiellement privée, est susceptible d’être transmis au public.

Lacan a institué ce témoignage sous le nom de « passe » (1967) et a défini l’enseignement dans sa formulation idéale, le « mathème » (1974). Entre les deux, une différence : le témoignage de la passe, encore chargé de la particularité du sujet, est limité à un cercle restreint, interne à un groupe analytique, pendant que l’enseignement du mathème, qui doit être démonstratif, est pour tous – (et, dans ce cas, la psychanalyse entre en contact avec l’université).

L’expérience est conduite en France depuis quatorze ans à Paris. Elle fut à l’origine de la création de la Section clinique de Bruxelles et de Barcelone, de Londres, Madrid et Rome, mais aussi en France, pour la première fois, à Bordeaux.

Il faut déterminer clairement ce qu’est et ce que n’est pas cet enseignement.

Il est universitaire, il est systématique et gradué, il est dispensé par des responsables qualifiés et conduit à l’obtention de diplômes.

Il n’est pas une habilitation lacanienne, que cela se situe à Paris, Rome, ou Bordeaux, que cela soit proposé par des organismes publics ou privés. Ceux qui y assistent sont appelés participants, terme préféré à celui d’étudiants, pour souligner l’importante initiative qu’ils devront prendre – le travail fourni ne sera pas extorqué : cela dépend d’eux, il sera guidé et évalué.

Il n’est pas paradoxal d’affirmer que les exigences les plus sévères concernent ceux qui se mesureront avec la fonction d’enseignants du Champ freudien », fonction sans précédent dans son genre : puisque le savoir se fonde dans la cohérence, trouve sa vérité seulement dans l’inconscient, en d’autres termes, dans un savoir dont personne ne peut dire « je sais ». Cela signifie que cet enseignement ne peut être exposé que s’il est élaboré sur un mode inédit, même s’il est modeste.

Il commence avec la partie clinique de cet enseignement.

La clinique n’est pas une science, elle n’est pas un savoir qui se démontre ; c’est un savoir empirique, inséparable de l’histoire des idées. En l’enseignant, on ne fait que suppléer aux carences d’une psychiatrie qui laisse de côté sa riche tradition classique pour suivre les progrès de la chimie, nous y introduisons aussi un élément de certitude (le mathème de l’hystérie).

Dans un même temps, les présentations de malades compléteront l’enseignement.

En conformité avec ce qui, autrefois, a été fait sous la direction de Lacan, nous avançons petit à petit.

(Ce texte, transposé de l’italien, est « L’introduction à la Section clinique de Rome »)

Fait à Guitrancourt, le 15 Août 1988.

Revenir à la Présentation de l’Antenne » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».

Répondre à cet article