Accueil > Connexions > CPCT > Écrire un cas, avec la psychanalyse Élucidations de la pratique au (...)

Recherche

Par activités


Publié le vendredi 2 décembre 2022

Écrire un cas, avec la psychanalyse Élucidations de la pratique au CPCT

Mercredi 14 décembre - 21h - Visioconférence

Le 14 décembre 2022, le CPCT-Paris organise une soirée clinique avec comme invité, Philippe De Georges, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AMP.



« Il est bien évident que, dans le discours analytique, il ne s’agit que de ça, de ce qui se lit, de ce qui se lit au-delà de ce que vous avez incité le sujet à dire1 ». Une orientation fondamentale se dégage à partir de cet énoncé de Lacan : lire un cas en psychanalyse, c’est l’écrire. Le traitement court, particularité du dispositif proposé par le CPCT, exige une étude clinique de chaque cas. Une lecture minutieuse, séance par séance, de cette délicate matière que sont les dires du sujet en traitement met au jour les ressorts, les mouvements, la manière dont le praticien intervient. Une rigueur s’impose, celle d’un contrôle resserré de la pratique. Nous avançons avec une hypothèse : tout au long du traitement plusieurs écritures permettent d’ajuster la position du praticien. Une première extraction par l’écriture d’une note clinique, à la suite de l’entretien unique de consultation, donne une possible orientation. Ensuite, écriture et lecture alternent pour saisir la logique du cas, et conduire le traitement, jusqu’à l’issue du cycle au CPCT. « Le cas », note Ph. De Georges, « est l’absent à propos de qui on parle2 » ; discuter les cas, élaborer à plusieurs, se déprendre des évidences, trouver de nouveaux reliefs sont des mouvements nécessaires pour préserver ce qui est proprement psychanalytique dans la pratique. Au CPCT, chaque praticien expose sa manière de manœuvrer et partage avec l’équipe, en plusieurs occasions, « le récit qu’il a formalisé à partir de la rencontre clinique3 »– façon d’éclairer sa position. Écrire le cas, pour rendre compte du traitement à différents moments, implique de rester au plus près des énonciations singulières du sujet pour entendre les dires derrière le dit et donner chance à celles et ceux qui adressent leur demande en ce lieu orienté par la psychanalyse de sortir de « l’obscurantisme propre à la parole4 ».

Notes :
1 Lacan J., Le Séminaire, livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975, p. 29.
2 De Georges Ph., Liminaire des XXXes Journées de l’École de la Cause freudienne, 2001, p. 41.
3 Ibid.
4 Lacan J., Aux Confins du Séminaire, Paris, Navarin, 2021, p. 67.


Le jeudi 14 décembre à 21h en visioconférence.

Participation aux frais : 15 €.

Pour s’inscrire et recevoir un lien de connexion, envoyer un mail au CPCT-Paris

Pour avoir des informations sur le CPCT-Paris c’est ici.


Revenir à la rubrique CPCT ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».