Accueil > Connexions > CPCT > « ... PAS SANS INTERPRÉTATION »

Recherche

Par activités


Publié le samedi 13 novembre 2021

Soirée clinique du CPCT-Paris

« ... PAS SANS INTERPRÉTATION »

Lundi 6 décembre 2021 - 21h - ZOOM

Invité : Laurent Dupont

Si quelque chose d’inédit arrive au CPCT-Paris, à celles et à ceux qui y viennent poussés par les embrouilles de leur symptôme, c’est parce qu’il s’agit d’un lieu d’écoute... pas sans interprétation.

À l’heure où l’offre de parole est promue sans distinction, préconisée comme s’il s’agissait d’un bien partageable, le même pour tous, l’orientation psychanalytique nous enseigne que ce n’est ni dans les mirages du dialogue, ni dans l’illusion de l’interlocution, et encore moins dans l’égarement du conseil bienveillant qu’un sujet en souffrance trouvera une issue à un moment d’impasse.

Une interprétation est faite sur mesure. Elle vise le plus singulier et surprend parce qu’elle fait entendre à un sujet ce qu’il dit sans l’entendre. Elle peut prendre la forme d’une scansion, d’un mot souligné, d’un silence, d’une coupure. C’est l’introduction d’un temps d’arrêt dans la parlotte qui a tendance à proliférer. Une interprétation ne vise pas le sens mais la jouissance du bavardage.

Le dispositif du CPCT rend plus aiguë cette manière de manier l’interprétation car le traitement a une durée de seize séances maximum. La consultation cherche d’abord à cerner dans un entretien unique le cœur de la demande, puis les traitements sur mesure nous apprennent que la réduction est la ligne de mire.

Une interprétation « fait limite1 », elle « est une butée2 » et pas « une relance3 ». En cela, la psychanalyse appliquée est indissociable de la psychanalyse pure. Le clinicien du CPCT s’éclaire de sa propre analyse pour opérer.

Pouvons-nous démontrer cliniquement la manière dont interpréter dans le cadre du CPCT-Paris tend à limiter le « ça veut dire4 », avec la réduction comme horizon ? La soirée clinique du 6 décembre sera notre prochain rendez-vous pour mettre ces questions au travail.

Omaïra Meseguer

Notes :
1 Miller J.-A., « Le monologue de l’apparole », La Cause freudienne, n*34, Paris, Navarin, p. 11.
2 Ibid., p.12.
3 Ibid.
4 Ibid.


Le lundi 6 décembre à 21h en visioconférence ZOOM.

Inscriptions :
Envoyer un mail au CPCT-Paris


Revenir à la rubrique CPCT ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».