Accueil > ANTENNE CLINIQUE > Session 2019-20 > Séminaire théorique : Crises ! Passage à l’acte, agitation, adolescence, (...)

Recherche

Par activités


Publié le lundi 12 août 2019

Antenne clinique – Session 2019-20

Séminaire théorique : Crises ! Passage à l’acte, agitation, adolescence, traumatisme…

(Le vendredi de 10h45 à 12h15)

Crise est à l’origine un terme médical. Etendu au domaine psychologique, il a le sens d’un accès, c’est-à-dire d’une manifestation brusque, souvent violente, de courte durée. D’où l’idée de trouble, de déséquilibre profond.
« Il y a crise au sens psychanalytique quand le discours, les mots, les chiffres, la routine, tout l’appareil symbolique s’avèrent soudain impuissants à tempérer un réel qui n’en fait qu’à sa tête. Une crise, c’est le réel déchaîné, impossible à maîtriser1 ».
« La crise implique une rupture temporelle. Impossible de savoir ce qui va en résulter. Ce qui était n’est plus ; ce qui sera n’est pas encore. C’est un moment décisif, le moment d’un choix, une voie ouverte vers une issue2. »

Nous ne pouvons pas ignorer que la clinique de chaque sujet, clinique définie selon Lacan par « le réel impossible à supporter3 » est inséparable du moment de la civilisation qui façonne l’in-dividu, à savoir les mutations de l’ordre symbolique.
Deux processus constituent notre modernité : le discours de la science et celui du capitalisme. Le déchaînement de la science et la puissance du capital ont entraîné le déclin des signifiants maîtres et la montée omniprésente des objets4.

Quelles en sont les conséquences cliniques ?
- Le passage à l’acte, qui est aussi le passage de la crise à l’acte, s’avère parfois criminel. Nous nous arrêterons sur la distinction épinglée par Lacan entre acting out et passage à l’acte, et leur lien à l’acte analytique.
- Les enfants agités et les enfant violents sont-ils le symptôme de notre civilisation ? Pour Freud « le symptôme est le signe et le substitut d’une satisfaction pulsionnelle qui n’a pas eu lieu5. » Lacan traduira cela en terme de jouissance.
-Au-delà du syntagme galvaudé de « crise de l’adolescence », il s’agira d’explorer cette période qui se prolonge avec incertitude et indétermination pour ce qui en est des choix de la vie intime. La sexuation elle-même apparaît problématique6.
- Pour Freud tout événement douloureux n’est pas, au sens strict, traumatique. Il y a traumatisme quand se produit la rencontre inopinée avec un réel générateur d’angoisse : la sexualité, la mort, la guerre7. Selon Lacan les humains comme êtres de langage sont marqués de l’impossibilité de résorber totalement le réel dans les registres du symbolique et de l’imaginaire. Tout ne peut se dire, on ne peut tout imaginer8.
- Avec la conjoncture de déclenchement, Lacan a effectué un apport fondamental à la clinique des psychoses9. La suite de son enseignement et les contributions de ses élèves élargiront les modes de crises.
- D’autres aspects de cette clinique seront également abordés.

À l’époque du tout-Neuro, qui explique tout, chiffre tout, l’orientation psychanalytique tente de cerner ces moments d’urgence subjective afin d’établir les coordonnées déterminantes de ce qui pousse, ce qui urge, ce qui presse. Nous essayerons de transmettre une direction au clinicien pour les appréhender.

Notes :
1 Jacques-Alain Miller, « Une crise, c’est le réel déchaîné », Marianne, 11 octobre 2008.
2 Eric Laurent, Lacan Quotidien, n° 219.
3 Jacques Lacan, « Ouverture de la Section clinique », Ornicar ? n° 9, 1977.
4 D. Vergetis, « Crise », Un réel pour le XXIe siècle, Scilicet, Paris, 2013, p. 68-70.
5 Sigmund Freud, Inhibition, symptôme et angoisse, Paris, PUF, 1978.
6 Gil Caroz et Philippe De Georges, « À l’âge de l’adolescence », argument pour la Journée Uforca 2020.
7 Serge Cottet, La Cause du désir, n° 86, 2014, p. 28.
8 Marie-Hélène Brousse, La Cause du désir, n° 86, 2014, p. 5.
9 Jacques Lacan, « D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose », Écrits, Seuil, Paris, 1966.


Bibliographie :
Une bibliographie générale sera consultable dès le début de la session. Chaque enseignant sera susceptible de donner des éléments supplémentaires.
Certains ouvrages sont consultables à la bibliothèque commune de l’Antenne clinique de Rouen et de l’ACF-Normandie à la Maison de la psychanalyse – 48 rue de l’Abbé de l’Epée à Rouen.

Revenir à la Session 2019-20 » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».