Accueil > ANTENNE CLINIQUE > IRONIK !, le bulletin Uforca > IRONIK ! - Février 2018

Recherche

Par activités


Publié le vendredi 16 février 2018

Université Populaire Jacques-Lacan

IRONIK ! - Février 2018

Le bulletin Uforca SPÉCIAL #1

Ernst Ludwig Kirchner,
Nuit de lune hivernale

Vers la première journée du CERA,

Autisme et parentalité



Autisme et parentalité, tel est le thème de la première journée d’étude du tout nouveau Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Autisme qui se tiendra à Paris le 10 mars.

Avec le thème de la parentalité, la question de l’autisme prend un tour inédit.

La promotion du néologisme parentalité a vu le jour à l’époque des nouvelles utopies de la famille comme le déploie Jacqueline Dhéret dans sa chronique : les fonctions traditionnelles père / mère connaissent une variété accrue d’arrangements symboliques et la notion de parent tend à s’y substituer, indépendamment de la différence des sexes.

Dans cette fonction « parent », dont Lacan avait anticipé l’importance en la désignant comme une fonction de « nommer à… », deux éléments sont essentiels. Les parents ont d’une part un savoir authentique, tissé dans le lien à la fois de corps et d’amour qu’ils ont à leur enfant. C’est un savoir vivant, incarné, car issu de l’expérience. À ce titre il résiste aux abstractions, aux généralités les plus inhumaines. Les parents ont d’autre part un désir (fonction ou principe du désir de la mère) qui s’adresse à leur enfant.

Les témoignages des parents d’enfants ou de jeunes adultes autistes se font de plus en plus nombreux, écrits ou parlés, qui traduisent que ces deux éléments prennent une couleur spécifique dès lors que l’enfant ou le jeune adulte autiste semble se montrer imperméable à ce désir. Les parents cherchent à cet égard à inventer d’autres formes de cette fonction désir. Wendy Vives Leiva revient ainsi, dans ce numéro, sur la ténacité du désir de Cornelia et Ron Suskind, dont ils témoignent dans le livre Une vie animée. Le destin inouï d’un enfant autiste. Des interventions de parents d’enfants ou de jeunes adultes autistes apporteront un éclairage irremplaçable à l’objet de cette première journée. Ce que les parents disent de leur enfant, ce que les enfants disent de leur parent, seront autant de paroles qui tiendront lieu de table d’orientation. En effet, l’orientation donnée à cette Journée mise sur les multiples dimensions de la parole et du langage, leurs formes diversifiées d’expression : en somme sur la fonction du langage, même lorsqu’elle se présente sous sa forme la plus réduite – « réduite à un mot dont nous ne sommes même pas capables de définir le sens et la portée pour l’enfant, mais qui pourtant le relie à la communauté humaine1 ». L’interview réalisée ici par Myriam Chérel en témoigne à travers la diversité des styles et des méthodes de ceux qui ont le désir d’accueillir la différence des sujets dits autistes, enfants ou adultes. Et le dernier essai de Daniel Tammet, Chaque mot est un oiseau à qui l’on apprend à chanter, comme le montre Ligia Gorini, vibre de part en part des questions essentielles sur le langage et l’usage des langues, des langues maternelles.

La psychanalyse part de là avec les parents. Dans l’accompagnement et l’accueil des sujets autistes, ils se font partenaires au quotidien. Au moment même où sera annoncé le quatrième plan autisme, la conversation qui s’ouvrira le 10 mars, avec des psychanalystes, des parents, et des interlocuteurs de tous horizons sur l’école, l’accueil en institution, la parentalité, devrait sans nul doute intéresser les lecteurs d’Ironik !

Christiane Alberti

Note :
1 Lacan J., Le Séminaire, livre I, Les écrits techniques de Freud, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 1975, p. 119.

Accéder directement à IRONIK ! SPÉCIAL #1 et son contenu


NOS LANCEURS D’ALERTE


ECHOS DES LIVRES
Parentalité, Animated
Wendy Vives Leiva

Dans son ouvrage Une vie animée. Le destin inouï d’un enfant autiste, le journaliste Ron Suskind réalise le pari de nous transmettre comment sa famille est confrontée au désespoir de ne pas pouvoir accéder au monde de leur fils autiste Owen, un monde qui leur échappe, qui les questionne… Lire la suite »

SANS PRE-JUGER
La parentalité, ou le rêve du référentiel
Jacqueline Dhéret

Finie l’époque où l’institution du mariage donnait forme à la relation entre les sexes par l’artifice d’une désignation, celle du père. On aperçoit désormais que la famille est le résultat d’un arrangement, d’un montage qui est le fait du symbolique. Elle n’y a pas perdu, puisque ses formes se multiplient… Lire la suite »

ECHOS DES LIVRES
Le chant des mots
Ligia Gorini

Daniel Tammet est écrivain. Né en Angleterre, il fut diagnostiqué à l’âge de 25 ans « autiste de haut niveau ». Sa langue maternelle, estime-t-il, est composée de chiffres. En effet, depuis l’enfance, les nombres étaient ses amis, et son monde. Son don de combiner différentes modalités de perception, sa synesthésie, lui permettait de les voir en couleurs, avec des formes et textures diverses, imprégnées d’affect. Lire la suite »


LACAN SENS DESSUS DESSOUS


Spécial première journée du CERA

Parce que la bataille pour l’abord clinique de l’autisme est au cœur même d’un combat beaucoup plus large : celui pour la clinique psychanalytique dans nos institutions et pour la psychanalyse en général, « Lacan sens dessus dessous » se veut à la hauteur de l’enjeu et vous propose une interview à plusieurs voix, à plusieurs citations, vers la première journée du CERA ! Lire la suite »

Accéder directement à IRONIK ! SPÉCIAL #1 et son contenu

Revenir à IRONIK ! ou à l’Antenne clinique.
Revenir à l’Accueil du site » ou à la rubrique Lire, écouter, voir ».
Accéder directement à l’Agenda ».