Rencontre Inter-cartels

Etudier la psychanalyse en cartel

Samedi 16 septembre à 10h15 – Rouen

Vendredi 8 septembre 2017, par BB // Cartels


Etudier la psychanalyse en cartel

Pensez vous que votre travail en cartel contribue à votre étude de la psychanalyse ? Si oui, sur quels points et de quelle manière ?

Le bureau de l’ACF-Normandie et la déléguée aux cartels de l’ECF en Normandie organisent une rencontre dite inter-cartels où tous ceux qui sont intéressés par le travail en cartel seront les bienvenus ; que vous soyez actuellement dans un cartel ou souhaitiez vous y inscrire. Des membres de l’ACF et de l’ECF qui sont actuellement dans des cartels interviendront en suivant les indications qu’a données Lacan sur le travail en cartel, « réserver une issue au travail de chacun ».

Hélène Bonnaud, psychanalyste, membre du conseil de l’ECF, ex AE (Analyste de l’Ecole de la Cause Freudienne) et auteur des livres L’inconscient de l’enfant et Le corps pris au mot, sera notre invitée ; elle nous parlera aussi de son expérience de cartellisante.

Etudier Lacan n’est pas chose facile pour les analysants qui veulent avoir accès aux textes de psychanalyse et Lacan dans son Acte de fondation du 6 juin 1964 à propos de l’Ecole qu’il voulait fonder dit que cette école sera un « organisme où doit s’accomplir un travail – qui, dans le champ que Freud a ouvert, restaure le soc tranchant de sa vérité – qui ramène la praxis originale qu’il a instituée sous le nom de psychanalyse dans le devoir qui lui revient en notre monde – qui, par une critique assidue, y dénonce les déviations et les compromissions qui amortissent son progrès en dégradant son emploi…. Cet objectif de travail est indissoluble d’une formation à dispenser dans ce mouvement de reconquête. »… « Pour l’exécution du travail, nous adopterons le principe d’une élaboration soutenue dans un petit groupe. Chacun d’eux (nous avons un nom pour désigner ces groupes) se composera de trois personnes au moins, de cinq au plus, quatre est la juste mesure. PLUS UNE chargée de la sélection, de la discussion et de l’issue à réserver au travail de chacun. Après un certain temps de fonctionnement, les éléments d’un groupe se verront proposer de permuter dans un autre. » Ce nom qu’il tient là en réserve est celui de cartel qu’il est allé chercher chez Bion.

Cette phrase de Lacan « l’école comme organisme ou doit s’accomplir un travail qui ramène la praxis originale qu’il(Freud) a instituée sous le nom de psychanalyse dans le devoir qui lui revient en notre monde » est tout à fait saisissante aujourd’hui, en 2017, « Année zéro du champ freudien » comme vient de la nommer J.-A. Miller, et la création de la « Movida Zadig », Zadig référence bien sûr à Voltaire mais dont les initiales correspondent à « Zéro Abjection Democratic International Group » comme « le réel de la vie ».Vous pouvez vous reporter au livret qui vient d’être édité sous ce titre et qui sera disponible le 16 novembre.

Dans un cartel, le travail du plus Un qu’alors Lacan nomme plus Une personne est « chargée de la sélection, de la discussion et de l’issue à réserver au travail de chacun » c’est la raison pour laquelle je demande aux plus uns actuels de proposer aux cartellisants des interventions comme issue réservée au travail de chacun des membres de leur cartel et leur proposer d’intervenir le 16 septembre.

Avec la participation de Zoé Godefroy, Marie Izard-Delahaye, Sylvie Vitrouil, Serge Dziomba et Marie-Claude Sureau.

Marie-Claude Sureau, déléguée aux cartels de l’ECF dans l’ACF-Normandie.

Samedi 16 septembre 2017 de 10h15 (nouvel horaire) à 12h30.

Maison de la psychanalyse en Normandie, 48 rue l’Abbé de l’Epée – Rouen.
Consulter le plan d’accès »

Participation aux frais : 5 €

Renseignements :


Revenir à la Rubrique Cartels, à l’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».