LETTERiNA

N°69 - Comment la psychanalyse accueille-t-elle les souffrances contemporaines ?

Juin 2017

Lundi 3 juillet 2017, par MB // LETTERiNA



Exode,
sculpture de Jean-Marc de Pas.

LIMINAIRE

Nous tenons à remercier chaleureusement Jean-Marc de Pas, sculpteur et paysagiste, créateur du jardin des sculptures à Bois-Guilbert, d’avoir répondu favorablement à notre demande. La sculpture qui figure sur la couverture du bulletin est une de ses créations. Cette dernière, qu’il nomme Exode a particulièrement retenu notre intérêt tant elle vient illustrer le titre retenu pour le nouveau Letterina « Comment la psychanalyse accueille-t-elle les souffrances contemporaines ? »
Nous nous permettons de vous faire lire un extrait de sa thèse1 « Le malléable et sa pétrification, essai poïétique sur une pratique sculpturale » et nous vous invitons à aller sur ses traces au château de Bois-Guilbert à quelques kilomètres de Rouen et à vous promener dans les magnifiques jardins habités par ses nombreuses œuvres.

J’habite une terre,
Ou,

Devrais-je dire,

Je suis habité par une terre,

Une terre d’enfance,

Une terre d’asile,

J’ai poussé là comme un arbre,

Et mes doigts,

Devenus racines,

Fouillent les profondeurs de la glèbe.
J’ai grandi sur le lieu-dit : « la Glos ».
De vieilles gens, dans le village,
Disent que cela signifie : la glaise.
La glaise comme terre d’origine.
La glaise, terre grasse, terre d’argile.
Elle a porté mon enfance,
Elle m’a modelé.

La terre modèle les hommes.
Elle m’a pris en son sein,

A mis en moi le goût de la pâte.
Elle m’a donné l’âme d’un modeleur ».

Comment la psychanalyse accueille-t-elle les souffrances contemporaines ?


En janvier 2017, le Forum Psy « Souffrances au travail chez les soignants » a été organisé par l’ACF-Normandie suite aux nombreux témoignages de praticiens dénonçant leurs conditions de travail dans le domaine du soin. Martine Desmares nous relate son impossibilité d’exercer son métier de sage-femme et elle développe l’enchainement de la machine infernale l’ayant conduite à sa décision de renoncement. Samantha Anicot aborde « la psychiatrie mise à mal ». A l’issue du Forum, les participants, 109 au total, ont adopté une déclaration et décidé la création du « Réseau Professionnel du Soin Particularisé ». Il se donne pour objet de soutenir, approfondir et défendre l’accueil, le soin au sens large, sur les lieux d’interventions des professionnels qui souscrivent à la « déclaration des 109 ». Lydie Lemercier-Gemptel, sous le titre « La sectorisation : de la psychiatrie hors les murs au parcours de soins » en éclaire le principe.

Un second temps du bulletin est réservé à l’accueil de la souffrance dans différents dispositifs. Carole Gesnouin, Claire Dufaure, Ludivine Le Nôtre et Philippe Lemercier offrent un échange très singulier de la rencontre possible avec des enfants, des jeunes et leurs parents que ce soit au CMP, dans un IMP ou à Geppetto, avec l’orientation analytique.

La troisième rubrique s’articule autour de la souffrance du corps. Hélène Bonnaud est venue à Rouen dans le cadre du séminaire de « Psychanalyse avec les enfants ». Dans son texte « Le corps et ses excès à l’adolescence », l’auteure souligne que « le corps change de morphologie sous l’effet des hormones sexuelles mais qu’il est aussi l’objet de pulsions jusque là inconnues ». Comment l’adolescent peut-il trouver sa solution ? Hélène Bonnaud apporte un éclairage riche d’enseignements. Valérie Pera Guillot nous donne des repères théoriques relatifs à l’anorexie et à la boulimie. Elle illustre son propos avec deux cas de la littérature, Le pavillon des enfants fous de V. Valère et Petite de G. Brisac. David Coto nous transmet le dire de Noa qu’il rencontre régulièrement en séance. Cet enfant lui dit « tu sais sans miroir je ne peux pas m’imaginer ! ».


Un quatrième point : l’art et la sublimation comme voie de transformation de la souffrance. Philippe Bénichou a été invité à Rouen autour d’une réflexion « Musique et psychanalyse » à propos d’Arnold Schoenberg, John Cage et Erik Satie. Dans sa présentation « Inconscient et création musicale » l’auteur énonce « la relation qu’entretient la psychanalyse avec la musique a toujours été problématique ». Il termine son texte ainsi « le point essentiel est que nul élément ne soit délibérément relié à un autre et que les rencontres éventuelles soient pure coïncidence ». Nous vous laissons parcourir son cheminement. Lors d’une soirée préparatoire aux 46e journées de l’ECF sur « l’objet regard », Romain Aubé illustre à partir du cas d’Unica Zürn, la tentative de cette artiste pour « bricoler une fonction à l’objet regard ». Pour terminer ce thème, Salima Diallo-Sakho reprend une réflexion de Jacques Lacan « la danse peut-elle se constituer comme sinthome pour le sujet ? »

Dans notre dernière rubrique Kiosque, Elodie Guignard et Christelle Pollefoort relatent leur rencontre avec Emmanuel Noblet « passeur » de réparer les vivants. Puis enfin, Lydie Lemercier-Gemptel et Christelle Pollefoort partagent un après-coup de leur échange avec Mahamed El Khabid auteur de Finir en beauté, pièce en un acte de décès.

Nous vous laissons découvrir ces travaux relatant des moments clés de l’activité de l’ACF-Normandie.

Marie-Hélène Pottier

Note :
1 Extrait de la thèse De Jean-Marc de Pas, Le Malléable et sa pétrification, essai poïétique sur une pratique sculpturale, Presse Universitaire du Septentrion, Lille.


Pour vous procurer Letterina, vous abonner... »

SOMMAIRE

- Liminaire, Marie-Hélène Pottier

Souffrances au travail
- Souffrances au travail, Martine Desmares.
- La psychiatrie mise à mal, Samantha Anicot.
- La sectorisation de la psychiatrie hors les murs au parcours de soins, Lydie Lemercier-Gemptel.

Des dispositifs d’accueil de la souffrance
- L’enfant et la création, Carole Gesnouin.
- Lola et la poupée comme image du corps, Claire Dufaure et Ludivine Le Nôtre.
- L’association Geppetto, un dispositif d’accueil à plusieurs, Philippe Lemercier.

Souffrances du corps
- Le corps et ses excès à l’adolescence, Hélène Bonnaud.
- L’anorexie : de la solution au symptôme, pas sans angoisse, Valérie Péra-Guillot.
- Faire écran au regard, David Coto.

Souffrance et sublimation
- Inconscient et création musicale, Philippe Bénichou.
- Unica Zürn, bricoler une fonction à l’objet regard, Romain Aubé.
- Le corps dansant... du parlêtre ; un corps sinthome, Salima Diallo-Sakho.

Kiosque
- Rencontre avec Emmanuel Noblet « passeur » de Réparer les vivants, Elodie Guignard et Christelle Pollefoort en regard croisé avec Marie-Claude Sureau.
- Soirée Art-Connexion, Lydie Lemercier-Gemptel et Christelle Pollefoort

Revenir à Liste des LETTERINA ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».