LETTERiNA

N°68 - L’objet qui permet de penser

Décembre 2016

Jeudi 22 décembre 2016, par MB // LETTERiNA



Illustration de
Delphine Boeschlin.

LIMINAIRE

Ce bulletin de l’ACF-Normandie publie les textes proposés par les différents intervenants lors du colloque qui s’est déroulé le 11 juin 2016 au Havre : « Enfants singuliers / institutions dérangées ». Un autre temps est la publication du premier témoignage de passe de Débora Rabinovitch, en février dernier, à la Maison de la psychanalyse à Rouen.

Avant le colloque, Serge Dziomba a proposé un début de réflexion sur « la supervision et l’analyse des pratiques professionnelles en institution ». Ce texte nous a servi de fil conducteur tout au long de la préparation du bulletin et nous le proposons en Préambule.
Serge Dziomba apporte l’idée de « travail de réduction préalable au traitement d’un enjeu, d’un ratage ». Il ajoute « ce travail de réduction vise à dégager les signifiants majeurs, disparates, comme objets précieux pour éclairer ce qui est en arrière ». Nous mettons en exergue le signifiant « objet » pour l’élever au titre de « l’objet qui permet de penser » et tel sera le thème retenu pour notre nouveau bulletin. Dans chacune des interventions du colloque surgit « l’objet » que ce soit - l’objet regard - l’objet en trop - l’objet qui fait bord - l’objet d’attention... Il semble bien que ces objets soient des bricolages, des trouvailles pour ouvrir le lien à l’autre dans les différents lieux accueillant des enfants singuliers. Mais pour reprendre l’idée de serge Dziomba, faire d’un objet, un objet précieux ne va pas de soi, le corps même des professionnels étant impliqué pour faire de cet objet précieux, un objet à examiner. Lors du colloque au Havre, les intervenants orientés par la psychanalyse, ont témoigné de la contingence de la rencontre avec un enfant, un adolescent dans leurs institutions. Nous présentons plusieurs textes sous le thème Mise au travail du dérangement dans un IMP, à l’école, à l’hôpital de jour. Autant de lieux divers mais des professionnels ne reculant pas devant le dérangement car soutenus par le discours de la psychanalyse d’orientation lacanienne. Je les cite : Marie-Hélène Pottier, David Coto, Catherine Grosbois, Marie Izard-Delahaye, Nathalie Herbulot, Sylvie Vitrouil, Lydie Lemercier-Gemptel. Une deuxième rubrique intitulée Créations illustrera les réflexions de Pedro Gras, Gracia Viscasillas, Maria Alba de Luna, Laurence Morel, Marie-Hélène Pottier, Marie-Annick Dion, exprimant chacun à leur façon, leur désir de « création » que ce soit celui d’un « lieu », d’une association de parents », d’un « livre ». Les objets créés seront alors Patinete à Saragosse, La Main à l’Oreille, les Petits Pas, Geppetto et enfin le Petit traité d’Antoinologie. En troisième partie, Témoignages - le surgissement d’un autre regard, Françoise Baudoin, mère de Zoé, évoquera sa rencontre avec sa fille via le dessin et la photographie ; Aurore Cahon, via un poème qu’elle a écrit, témoigne du nouveau regard qu’elle porte sur son fils Eliott. enfin, en dernière partie, Débora Rabinovitch, venue de Buenos Aires, témoigne de sa Passe sous le titre Le labyrinthe de mon désir de savoir. Dans notre rubrique Kiosque, David Coto tente de dégager dans le film Les choristes le travail qui peut s’articuler dans une institution d’enfants à partir de la rencontre autour d’un objet. Objet commun qui s’offre comme un extraordinaire moyen de faire émerger ce qu’il y a de plus singulier chez l’enfant.

Marie-Hélène Pottier

Pour vous procurer Letterina, vous abonner... »

SOMMAIRE

- Liminaire, Marie-Hélène Pottier

Préambule
- Réflexions autour de la supervision et l’analyse des pratiques professionnelles en institution, serge Dziomba.

Mise au travail du dérangement
- Anna et ses objets, Marie-Hélène Pottier.
- Cinique d’un trousseau de clefs, le cas Emerick, David Coto.
- Se faire un corps, là où il n’était pas - avec une institution entre autres, Catherine Grosbois.
- Tarek : Speedy Gonzalez ou un électron libre, Marie Izard-Delahaye.
- Ratage, ravage, coloriage, chiffrage, Nathalie Herbulot.
- « Madame Citrouille », Sylvie Vitrouil.
- Au bord des lettres, Lydie Lemercier-Gemptel.

Créations
- Une institution éducative traversée par la psychanalyse, Pedro Gras Castellon.
- Un monde plus habitable, Gracia Viscasillas.
- La Main à l’oreille, plus vivante que jamais, Maria Alba de Luna et Marie-Hélène Doguet.
- Les Petits Pas : un lieu de réponse, Laurence Morel
- Eliott et ses parents à Geppetto, Marie-Hélène Pottier.
- Finalement, il s’appelle Arthur, Marie-Annick Dion

Témoignages : le surgissement d’un autre regard
- Zoé, de ses cris à son écriture, Françoise Baudouin.
- La lune et le Roi, Aurore Cahon.

Témoignage de Passe
- La passe dans l’Ecole Une, le labyrinthe de mon désir de savoir, témoignage de Débora Rabinovitch, Analyste de l’Ecole.

Kiosque
- Les Choristes ou l’émergence de l’invention et du singulier en institution, David Coto.

Revenir à Liste des LETTERINA ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».