LETTERiNA

N°67 - Pulsion de mort et psychanalyse

Juin 2016

Lundi 6 juin 2016, par MB // LETTERiNA



Illustration de
Delphine Boeschlin.

LIMINAIRE

Ce bulletin de l’ACF-Normandie rassemble plusieurs textes choisis par notre nouvelle équipe qui se propose de promouvoir sous forme de publication les activités de notre ACF en lien avec celles de l’Ecole de la Cause Freudienne.

En novembre dernier, les journées de l’Ecole n’ont pas eu lieu. Les attentats ont fait surgir la mort dans tout ce qu’elle a d’inexplicable et de violent. Les médias ont fait de nombreux commentaires pour tenter de mettre du sens sur ce hors sens. Les psychanalystes de notre champ ont plutôt choisi le silence.
C’est à partir du signifiant « silence » que nous avons articulé la présentation des différents textes.

Le propos de Valérie Pera-Guillot, « Un partenaire vital », devait faire l’objet d’une réflexion lors des Journées d’Automne. Il sera pour nous une introduction à ce nouveau bulletin. Nous la citons : « il me faut aussi ne pas trop vouloir soigner pour continuer à occuper cette place silencieuse d’où il peut être entendu, et de là reconnu ».

« Letterina » a pour titre Pulsion de mort et psychanalyse. Que dire, comment dire, cerner, apprivoiser la guerre, la maladie, la prison, le suicide, l’abandon ? Comment chaque sujet bricole, se débrouille avec la pulsion de mort toujours à l’œuvre ?

Trois chapitres scandent ces travaux.

Tout d’abord la psychanalyse et la guerre. Franck Rollier dans son texte, relate une expérience menée par Bion, psychanalyste. Une crise affecte l’armée. Que faire des inadaptés ? Un traitement par la parole, en petit groupe, sous le contrôle d’un analyste produira un autre savoir. Cette mobilisation du désir conduira Jacques Lacan à penser le travail de la psychanalyse via le cartel : un produit de savoir pour chacun des participants à partir d’une lecture commune. Pour Jean-Louis Woerlé, que les psychanalystes s’intéressent à la guerre peut surprendre. Et pourtant, il va nous guider dans ses lectures et nous démontrer que la psychanalyse est liée à la guerre. Pour terminer ce thème, Valérie Pera-Guillot argumente son propos à partir de ce qu’elle avance « la guerre est un phénomène de discours ».

Dans un second temps, Sonia Chiriaco, Stéphanie Depauw et Gilles Morel nous démontrent, chacun à leur façon, l’inventivité nécessaire pour faire face à des situations où le sujet est en prise directe avec le surgissement de la mort.

Enfin dans une dernière séquence, Pascale Vallois et Catherine Grosbois nous entrainent dans l’univers carcéral. Pascale Vallois, dans sa rencontre avec un sujet énonçant « Ma vie est en prison » et Catherine Grosbois dans sa lecture du livre de Richard Peduzzi. Ce dernier cherche une issue à l’enfermement qui est le sien. « Là-bas, c’est dehors » est l’énoncé qu’il entendra alors comme cause de sa passion pour le théâtre.

Nous vous laissons découvrir ces articles articulés autour de « Pulsion de mort et psychanalyse ».

Pour conclure, Marie-Annick Dion et Fabrice Bourlez nous accordent une interview autour de leur création : Petit traité d’Antoinologie et Pulsions Pasoliniennes.

Bonne lecture.

Marie-Hélène Pottier

Pour vous procurer Letterina, vous abonner... »

SOMMAIRE

- Liminaire, Marie-Hélène Pottier

Introduction
- Un partenaire vital, Valérie Péra-Guillot.

La psychanalyse et la guerre
- Cartel et crises, Franck Rollier.
- Les écrits de Freud sur la guerre avant 1920, Jean-Louis Woerlé.
- Les processus d’identification, Valérie Péra-Guillot.

La psychanalyse et la maladie
- Les maux du corps, le poids des mots, Sonia Chiriaco.
- Le temps pour comprendre , Stéphanie Depauw.
- Penser l’impensable, le suicide de l’enfant, Gilles Morel.

La prison et le théâtre
- Ma place est en prison, Pascale Vallois.
- Le théâtre pour Richard Peduzzi, un symptôme, un sinthome ?, Catherine Grosbois.

Kiosque
- Conversation avec A. autour du Petit traité d’Antoinologie et Marie-Annick Dion.
- Fabrice Bourlez et Marie-Claude Sureau à propos de Pulsions pasoliniennes.

Revenir à Liste des LETTERINA ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».