Journée clinique et d’étude organisée par l’ACF-Normandie

Enfants singuliers, institutions dérangées. Les nouveaux spectres de la clinique : Qu’en dit la psychanalyse ?

Samedi 11 juin 2016 – Le Havre (76)

Jeudi 26 mai 2016, par BB // ACF 2015-16 : les archives


Les professionnels qui accueillent des enfants en souffrance dans les institutions de soin ou d’éducation spécialisée sont confrontés aujourd’hui, bien souvent dans l’angoisse ou le désarroi, au poids croissant d’un discours qui s’appuie sur la puissance du chiffre et du calcul statistique pour se réclamer de la science : ce discours fait valoir des « bonnes pratiques », c’est-à-dire une façon de faire « standardisée » à « adapter » à chaque enfant afin de réduire « le trouble », « comportemental » ou « cognitif », qui vient désormais l’épingler, et/ou de « compenser » le handicap qui en découle. Le « trouble » est présenté comme clairement observable et sans équivoque, affranchi de toute hypothèse théorique mais postulant toujours un fondement biologique (à découvrir un jour).
Le « trouble » s’est aujourd’hui transformé en « spectre ». L’exemple le plus frappant est celui des « troubles du spectre autistique » (TSA) qui prend aujourd’hui les dimensions d’une « épidémie » voire d’une « bulle » (1 enfant sur 100 en serait porteur). Le paradoxe intéressant est que plus le « spectre » s’étend, plus son hétérogénéité s’affirme – il recouvre en fait une diversité de symptômes qui réintroduit la particularité et renvoie à l’irréductible singularité de chaque enfant. Ne s’agit-il pas de prendre en compte cette singularité pour permettre aux professionnels d’accompagner l’enfant dans l’élaboration d’un chemin qui lui soit propre, ceci dans une pluralité d’approche (soin, éducatif, apprentissages, scolaire) avec des interlocuteurs multiples ?

La psychanalyse, loin d’être disqualifiée par une hypothétique origine biologique des « troubles », donne une précieuse boussole pour s’orienter dans l’accueil et la « pratique à plusieurs » avec ces enfants. Qu’il y ait du biologique en jeu n’exclut en aucun cas la souffrance psychique et la nécessité de son traitement. Celle-ci peut aussi bien agiter les corps, les rendre mutiques, violents, les couper de leur entourage et de tout lien à l’autre. Comment rencontrer ces enfants ? Comment permettre une ouverture là où il n’y a qu’une répétition fermée sur elle-même ? N’y-t-il pas une logique qui serait à rechercher ? Et à partir de cette ouverture, de possibles inventions ? C’est cette voie que la Journée se propose de frayer.
Pour cela, nous avons invité deux collègues psychanalystes, Gracia Viscasillas et Pedro Gras, travaillant à Saragosse, où ils ont contribué à créer deux centres d’éducation infantile Patinete accueillant depuis plus de 20 ans des enfants en grande difficultés âgés de quelques mois à 5-6 ans. Comme l’écrit Gracia Viscasillas : « La psychanalyse a orienté nos observations, notre façon de nous présenter aux enfants et de présenter nos activités, notre écoute et nos interventions avec les familles. Se laisser guider par la psychanalyse revient pour nous à créer un espace où le désir circule, un lieu de vie, un lieu où le particulier que chaque enfant et que chaque famille met en jeu trouve à se loger et faire un circuit. » Elle met l’accent sur ce qui doit nous servir de guide dans le travail avec les enfants : « le respect pour les modes particuliers que ces enfants ont de se défendre et de s’arranger avec ce qui les déborde et qu’ils vivent comme profondément intrusif, respect pour le tempo du sujet et de sa famille. »
Nous avons aussi invité notre collègue Mariana Alba de Luna, psychanalyste, vice-présidente de l’association La main à l’oreille, elle nous parlera du travail fait avec les parents et amis d’enfants « autistes ». Nous entendrons également des collègues orientés par la psychanalyse lacanienne dans des institutions en Normandie, qui nous présenteront leur travail interdisciplinaire.

Programme

Accueil à partir de 8h30

- 9h-11h Enfants singuliers à Patinete, Centres d’éducation infantile à Saragosse

Présidence : Marie-Hélène Doguet-Dziomba et Mariana Alba de Luna

Introduction par Marie-Hélène Doguet-Dziomba, membre de l’ECF et de l’ACF Normandie, Déléguée régionale de l’ACF-Normandie et Mariana Alba de Luna, membre de l’ECF, co-fondatrice de La Main à L’Oreille, association de parents et amis de personnes autistes

Interventions :
Pedro Gras Castellon, psychanalyste, membre de l’ELP : « Patinete, une institution éducative traversée par la psychanalyse »
Gracia Viscasillas, psychanalyste, membre de l’ELP : « Un monde plus habitable »

11h-11h15 Pause



- 11h15-12h15 Mise au travail du dérangement

Présidence : Marie-Claude Sureau, membre de l’ECF et de l’ACF-Normandie

Interventions :
Marie-Hélène Pottier, psychologue, membre de l’ACF-Normandie : « Anna et ses objets »
David Coto, psychologue : « Clinique d’un trousseau de clés. Le cas Emerick »
Catherine Grosbois, psychiatre, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’ACF-Normandie : « Se faire un corps, là où il n’était pas – avec une institution entre autres »

- 12h15-13h L’extraordinaire à l’école « ordinaire »

Présidence : Zoé Verhamme-Bouillon, membre de l’ACF-Normandie

Interventions :
Marie Izard Delahaye, psychologue en milieu scolaire, membre de l’ACF-Normandie : « Tarek, Speedy Gonzalez ou un électron libre »
Nathalie Herbulot, enseignante spécialisée : « Ratage, ravage, coloriage, chiffrage »

13h-14h30 Pause déjeuner

- 14h30-16h Rencontres

Présidence : Serge Dziomba, membre de l’ECF et de l’ACF-Normandie

Interventions :
Mariana Alba de Luna, psychanalyste, membre de l’ECF, co-fondatrice de La Main à L’oreille
Françoise Baudoin, mère de Zoé, membre de La Main à L’Oreille : « Zoé, de ses cris à son écriture… »
Marie-Annick Dion, art-thérapeute, auteure de Petit traité d’Antoinologie, membre de La Main à L’oreille : « Finalement il s’appelle Arthur »

16h-16h15 : Pause



- 16h15 -17h15 Des bords et des circuits

Présidence : Francine Giorno, membre de l’ECF et de l’ACF-Normandie

Interventions :
Sylvie Vitrouil, psychologue, membre de l’ACF-Normandie : « Madame Citrouille ! »
Lydie Lemercier-Gemptel, psychologue, membre de l’ACF-Normandie : « Au bord des lettres »

- 17h15-18h Créations

Présidence et Conclusion : Serge Dziomba, membre de l’ECF et de l’ACF-Normandie

Interventions :
Laurence Morel, psychologue, membre de l’ACF-Normandie, co-créatrice du lieu d’accueil Les Petits Pas : « Un lieu pour le bavardage »
Marie-Hélène Pottier, psychologue, membre de l’ACF-Normandie, co-créatrice du lieu d’accueil Gepetto et Aurore Cahon, mère d’Eliott, membre de La Main à L’Oreille : « Eliott et ses parents à Geppetto »

Samedi 11 juin 2016, de 9 h à 18 h.

Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM)
10 Quai Frissard
76600 Le Havre
Consulter le plan d’accès »

Cette journée clinique et d’étude est organisée par l’Association de la Cause freudienne en Normandie.
Elle est ouverte à tous, sur inscription.

Inscription : 30 €, Tarif réduit : 15 €, Formation permanente : 50 €

Information et Pré-réservation :

ATTENTION :
- N’attendez pas le dernier moment pour vous inscrire, le nombre de places est limité !

- Le repas du midi n’est pas possible sur place. A proximité les Docks Vauban offrent plusieurs possibilités de restauration. Mais vous pouvez aussi manger dans un des restaurants du Quai Georges V ou du Quartier Saint-François, voire profiter du bord de mer et manger dans un des petits restaurants et autres snacks de la plage, qui se trouvent à 10 minutes de voiture (20 min. à pied) – il y en a pour tous les goûts !

Télécharger le flyer (comportant l’argument et un bulletin d’inscription) :

Télécharger l’affiche :

Télécharger le programme :

Pour préparer cette journée, on peut lire le texte de Lydie Lemercier Au bord de l’Autre... la singularité d’une invention, qui présente le témoignage de Gracia Viscasillas ainsi que le commentaire de David Coto ou le commentaire de Jeanne Spiess ou le texte de Jean-Maleval et Michel Grollier L’expérimentation institutionnelle d’ABA en France : une sévère désillusion ou le texte de Serge Dziomba, Réflexions autour de la supervision et l’analyse des pratiques professionnelles en institutions.

Les membres de l’ACF-Normandie ont accès aux deux textes de Gracia Viscasillas Au bord de l’Autre et Un regard qui aveugle, ainsi qu’au texte de Laurence Morel Rendre possible la rencontre accessibles dans la zone Abonnés ou celui de Nathalie Herbulot L’enfant sauvage en Stan Smith ou le texte de Marie Izard Delahaye Trouver la bonne formule ou le texte de Corinne Jean Dylan, un enfant à fleur de peau.

On peut aussi découvrir une interview de Mariana Alba de Luna, psychanalyste qui a fait partie des fondateurs de l’association La Main à l’Oreille, interrogée par Marie-Hélène Doguet.

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».