Université Populaire Jacques-Lacan

IRONIK ! Le bulletin Uforca

Numéro 13 – Février 2016

Dimanche 28 février 2016, par BB // IRONIK !, le bulletin Uforca


Le rire d’Éole – Pour une élaboration de la patience

Jacques Lacan inaugure en 1977 la Section clinique au sein du département de psychanalyse créé quelques années plus tôt dans le Centre Universitaire expérimental de Vincennes. D’emblée, il réitère les distances prises avec la psychothérapie. Elle vise la guérison quand la psychanalyse, « pratique délirante » dit Lacan lui-même, cherche « à faire prendre patience à cette situation incommode d’être un homme1 ».

Soit ! L’ambition reste sérieuse. D’autant qu’il s’agira de ne pas reculer devant l’impossible à supporter. C’est pourquoi le psychanalyste se forme avant tout à travers sa cure, pour être capable de se déformer ensuite au un par un de ses analysants, sans flancher devant l’horreur de l’acte et du réel qu’il découvre.
J. Lacan confie à la Section clinique la tâche d’interroger l’analyse et les analystes, « afin qu’ils rendent compte de ce que leur pratique a de hasardeux, qui justifie Freud d’avoir existé. La clinique psychanalytique doit nous aider à relativiser l’expérience freudienne2 ». L’enseignement se renouvelle au prix d’être revisité.

L’aventure continue depuis 1987 sous l’égide de l’Institut du Champ freudien dirigé par Jacques-Alain Miller. UFORCA3 coordonne les différentes Sections, Antennes et Collèges cliniques créés en France et à l’étranger. Chaque année, l’association organise un colloque prenant la forme d’une conversation. Un mois à l’avance, les participants sont conviés à lire des textes cliniques destinés à être étudiés. Le jour J, le matériel aussi précis que divers est discuté avec les auteurs : interrogation des résultats, comparaison des constructions, déduction ensemble au risque de la mise en question des théories antérieures, déplacement de perspectives... « Il ne s’agit pas de dépasser Freud [ou Lacan] mais de s’en servir, de se déplacer à l’intérieur en se guidant de l’orientation qu’ils nous ont donnée4 ».

La psychanalyse est une pratique délirante, dit Lacan au moment de son dernier enseignement. Néanmoins pas égale à toute autre. Si elle vise à supporter l’incommodité d’être un homme et à lui donner un nouveau mouvement, il ne suffit pas qu’elle produise un effet d’allègement. Elle doit pouvoir déplier sérieusement la logique de son opération : permettre une élaboration de cette patience évoquée par Lacan, quand elle est obtenue.

Enfin son résultat procède d’un certain lestage. Nous en examinerons les différents aspects lors du colloque UFORCA puisque son thème est le point de capiton. Lisez le texte de Gil Caroz qui le resitue précisément dans l’enseignement de Lacan.

Comme l’année dernière, Ironik publiera en lien avec lui et les enseignants des Sections cliniques des ballestra, courts textes préparatoires. C’est qu’il s’agit de nous mettre en jambe.
Il y a pour toucher un apprentissage du fleuret et une intelligence du jeu !

Ironikement vôtre,
Marie Laurent

Notes :

1 Lacan J., « Ouverture à la section clinique », 1977.
2 Ibid.
3 Union pour la Formation de la Clinique Analytique.
4 Lacan J., Le Séminaire, livre VII, L’éthique de la psychanalyse, Paris, Le Seuil, 1986, p. 244-245.

Accéder directement à IRONIK ! n°13 et à son contenu.

Sommaire :

LE POINT DE CAPITON
Gil Caroz
Nous savions déjà qu’une certaine mollesse du symbolique de notre époque, conséquence d’une forclusion généralisée, conduit à une production de sens à tire-larigot, glissant toujours plus sur le réel. Mais à se pencher sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux qui prolongent nos corps et médiatisent notre rapport au monde, nous remarquons que s’ils participent à l’effondrement de l’ère du père, ils ne sont pas sans répercussions sur notre existence. En effet, nous découvrons que des « algorithmes auto-apprenants » s’ingénient à épingler nos goûts et nos jouissances à partir de nos visites sur le net, afin d’orienter nos choix en ciblant ce qui nous sera proposé comme information, savoir, objets de consommation, lien social, partenaire amoureux et/ou sexuel, etc. Plus impressionnant encore : si au départ ces algorithmes sont de fabrication humaine, de nouvelles générations d’algorithmes s’engendrent d’elles-mêmes à partir des algorithmes qui les précèdent. Ainsi se dessine une nouvelle cartographie de petites routes qui vient progressivement déloger le Nom-du-Père pour installer à sa place une boussole qui a perdu le nord…

Institutions ? Tu parles !
INSTITUTION DU PAS-TOUT
François-Xavier Fénérol
Sociologiquement, il conviendrait de prendre acte que la forme-Institution, telle qu’héritée de la tradition romano-canonique qui l’a fait naître, n’est plus la forme sociale princeps qui structure les formations sociales. La forme-Entreprise l’a supplantée, jusqu’au plus intime de l’individu enjoint de ne s’envisager qu’en auto-entrepreneur...

Smartweb
DEEP LEARNING : DEMANDEZ LE PROGRAMME !
Martine Versel
La nouvelle avait été tenue secrète pendant trois mois. Elle vient d’être révélée par le journal scientifique Nature, le 28 janvier 2016. Fan Hui, champion d’Europe du jeu de Go, jeu chinois trois fois millénaire, a perdu cinq fois consécutives contre l’algorithme AlphaGo conçu par Google Deep mind…

MYRIAM PERRIN INTERVIEWE CAROLINE DOUCET
Caroline Doucet, psychanalyste, AE, membre de l’ECF, a choisi un extrait du Séminaire, Le désir et son interprétation : « C’est avec nos propres membres que nous faisons l’alphabet de ce discours qui est inconscient – et, bien entendu, chacun de nous dans des rapports divers, car chacun ne se sert pas des mêmes éléments pour être pris dans l’inconscient. De façon analogue, l’acteur prête ses membres, sa présence, non pas simplement comme une marionnette, mais avec son inconscient bel et bien réel, à savoir le rapport de ses membres à une certaine histoire qui est la sienne »…

Accéder directement à IRONIK ! n°13 et à son contenu.

Revenir à IRONIK ! ou à l’Antenne clinique.
Revenir à l’Accueil du site » ou à la rubrique Lire, écouter, voir ».
Accéder directement à l’Agenda ».