ACF-Normandie, Antenne clinique de Rouen

L’adolescence existe-t-elle ?

Mardi 22 mars - 20h30 - Rouen

Mardi 8 mars 2016, par MB // Rencontres d’hier


Icare
Mija



L’Association Cause Freudienne en Normandie


et l’Antenne Clinique de Rouen


ont le plaisir d’accueillir



Laurent Dupont

pour une conférence :

L’adolescence existe-t-elle ?

Il arrive assez souvent que l’on rencontre des adolescents dans nos cabinets, mais rencontre-t-on l’adolescence ? Pas sûr. Jacques Alain Miller le dit comme cela : l’adolescence « est une construction1 », « un artifice signifiant2 » . Alors ? L’adolescence existe-t-elle ?

Pourtant, s’il y a un signifiant qui est symptôme de notre société d’aujourd’hui, c’est bien adolescent, on le retrouve à toutes les sauces, pornographie, addictions en tout genre : drogues, ordinateurs, jeux vidéos, portable…, manque de respect, désintérêt de la chose publique, refus du savoir, inculte, prêt à s’enrôler… Et, last but not least, l’adolescence concernerait bientôt la même tranche d’âge que Le journal de Tintin, de 7 à 77 ans.

Freud prend la question par la biologie, la puberté. Cela rend-il vraiment compte de l’adolescence ? Sans doute le corps est impliqué et il nous faudra voir ce qu’il en est. Par exemple, comment sait-on que l’on est un garçon ou une fille ?

Et comment faire dans la rencontre avec l’autre sexe quand, du fait de devoir en passer par le langage, contrairement aux animaux, on rencontre l’impasse, la difficulté, le ratage... Pour la psychanalyse, la clinique a révélé que, du fait du langage, l’être humain doit en passer par le désir, la sublimation, le fantasme, pour satisfaire la pulsion, mais y a-t-il vraiment un moyen de satisfaire la pulsion ? L’amour ne serait-il, par exemple, qu’un artifice, un semblant, une sublimation, permettant de rencontrer le corps de l’autre ? Jacques Alain Miller souligne que l’ « on ne jouit pas du corps de l’Autre. On ne jouit jamais que de son propre corps3. » Alors, comment traite-t-on son corps après l’enfance ? Quelles conséquences ? À qui, à quoi, à partir de quels symptômes tente-t-on d’arrimer la jouissance ?

Aujourd’hui, quels discours viendront donner sens à l’être du sujet ? Quels soutiens la parole peut offrir à celui qui veut rencontrer le corps de l’Autre ? Lui donner une identité sexuée ? Et pour quels destins, formidables ou tragiques ?

À l’aide d’exemples cliniques et en s’appuyant sur son témoignage de passe, Laurent Dupont propose d’aborder ces questions par le corps de celui qui doit faire avec l’impossible rencontre.

Laurent Dupont est Analyste de l’Ecole (AE), membre de l’École de la cause freudienne (ECF).

Notes :
1 Miller Jacques Alain, En direction de l’adolescence in perspectives, Interpréter l’enfant, édition Navarin, 2015, p. 192
2 Miller Jacques Alain, En direction de l’adolescence in perspectives, Interpréter l’enfant, édition Navarin, 2015, p. 192
3 Miller Jacques Alain, En direction de l’adolescence in perspectives, Interpréter l’enfant, édition Navarin, 2015, p. 202

Mardi 22 mars 2016 à 20h30.

Entrée : 5 euros (gratuit pour les inscrits à l’Antenne Clinique)

Centre de santé mentale MGEN
25, Rue Saint-Maur
76000 Rouen
Plan d’accès »

Renseignements :
Francine Giorno
06 86 72 69 04

Télécharger l’affiche :

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».