L’Éditorial de la déléguée régionale de l’ACF-Normandie

« Faire tenir ensemble des idéologies d’un temps qui est le mien »

Janvier 2015

Lundi 12 janvier 2015, par BB // Présentation de l’ACF


Nous nous joignons aux communiqués de l’Ecole de la Cause Freudienne (ECF) et de l’Association Mondiale de Psychanalyse (AMP) pour dénoncer les actes commis cette semaine. 

Nous exprimons notre profonde tristesse à l’entourage de tous ceux qui ont été victimes des actes terroristes qui ont eu lieu, aux familles et amis des dessinateurs de Charlie-Hebdo, à celles des policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions, aux clients juifs de l’épicerie casher de Vincennes, tous ont été victimes d’actes de barbarie d’une extrême violence.

« Faire tenir ensemble des idéologies d’un temps qui est le mien… »

Voilà ce qu’écrit Lacan dans son texte « l’Etourdit » paru dans les Autres Ecrits (p. 476). Et il poursuit : « Ce que je dis vaut la place où je mets le discours dont l’analyse se prévaut, parmi les autres à se partager l’expérience de ce temps. »
Selon Lacan, le discours psychanalytique a sa place parmi les autres discours grâce à l’enseignement de Lacan pour déchiffrer l’expérience actuelle.

Et bien, quelque chose a changé depuis le 7 janvier 2015, depuis les meurtres des dessinateurs de Charlie-Hebdo, des policiers, des juifs de l’épicerie de Vincennes. Ces actes terroristes montrent que les univers de discours de notre société sont dans un tel discord que ce qui fait rire les uns est entendu comme « blasphème » ou « sacrilège » par les autres. C’est Jacques-Alain Miller qui, dans son article intitulé « Le retour du blasphème » paru dans le journal Le Point le 7 janvier 2015, nous rappelle l’importance du sacré ; il écrit aussi que quand on touche au sacré, c’est le « chaos ».

Nous sommes à un moment qui est un instant de voir ce que sont les différents univers de discours qui font notre époque, car « des univers de discours jadis séparés et étanches, désormais communiquent ».
Dans ce terrorisme, par ces actes meurtriers commis, c’est aussi la religion musulmane qui est salie et ce sont les caricaturistes, le rire, l’humour, les juifs, la liberté de la presse qui sont hélas particulièrement visés en tant que victimes.

Le discours psychanalytique a aussi à réfléchir sur les univers de discours et ce qui les fait tenir ensemble, faut-il aller au « conflit » ou faire des « compromis », selon les propos de Jacques-Alain Miller, pour faire tenir ensemble les idéologies de notre temps ? C’est tout un programme de réflexion qui se dessine là et nous aurons à y revenir au cours de l’année.

Marie-Claude Sureau,
Déléguée régionale de l’ACF-Normandie


« Il y a quelques années, quand la psychanalyse et notre département étaient attaqués par le député Accoyer et autres « évaluateurs », j’avais demandé leur soutien à un certain nombre de dessinateurs de presse, dont plusieurs étaient mes copains.
Trois des dessinateurs assassinés de Charlie avaient tout de suite répondu présent : Charb, Tignous et Honoré.
Voici les dessins qu’ils m’avaient envoyés.
In memoriam. »
Gérard Miller

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».