Séminaire ACF-Normandie - Evreux

Autisme, psychose infantile, comment s’y repérer avec la psychanalyse ?

Les mercredis 28 janv., 25 mars, 20 mai, 24 juin 2015

Samedi 3 janvier 2015, par MB // ACF 2014-15 : les archives


Les enseignements d’Evreux

Autisme, psychose infantile,

comment s’y repérer avec la psychanalyse ?

Nous tenterons cette année d’éclairer cette question qui fait titre lors de quatre rencontres.
Ces soirées sont organisées par Patrick Petel et Marie-Thérèse Rol, membres de l’ACF-Normandie.

- mercredi 28 janvier : Patrick Petel et Marie-Thérèse Rol animeront cette première rencontre. Elle mêlera exploration théorique et interrogation d’un cas clinique. Marie-Claude Sureau, psychanalyste, membre de l’ACF-Normandie et de l’Ecole de la Cause Freudienne, viendra nous aider à questionner les travaux proposés.

- mercredi 25 mars :
Le tour d’horizon de notre première soirée nous mena, en appui sur les travaux de Jean-Claude Maleval, jusqu’au recensement des éléments cliniques autorisant à différencier l’autisme de la psychose. Pour cette seconde séquence Patrick Petel tentera d’éclairer ce qui spécifie la défense autistique, soit l’objet autistique et la constitution d’un « Autre de synthèse » contribuant à l’ordonnancement du monde et au traitement de la jouissance. Puis Sabine Baldauf, psychologue au CMPP Victor Hugo, présentera un cas clinique nous permettant de poursuivre nos efforts de clinique différentielle. Nous espérons qu’un membre de l’ECF pourra être disponible pour, comme Marie-Claude Sureau le fit en janvier, nous aider à interroger les travaux proposés.

- mercredi 20 mai :
Deux cures d’enfant seront évoquées. Pour la première Lydie Lemercier-Gemptel, membre de L’ACF-Normandie, nous propose l’argument suivant :
Si, pendant longtemps, l’autisme fut rattaché aux psychoses, il s’en distingue aujourd’hui, devenant une pathologie à part entière, une « quatrième structure » disent les Lefort. Cependant, la clinique nous confronte parfois à des situations complexes où la distinction peine à être repérée. C’est autour de cette question, que nous présenterons Simon, 8 ans, accueilli en hôpital de jour, pour tenter, à partir notamment de la place de l’objet et du rapport à l’Autre, d’interroger ce qui peut constituer un différentiel. Quelles incidences sur la conduite de la cure ?
Marie-Thérèse Rol présentera la seconde cure :
Nous aborderons dans cette soirée le cas de Pierre, reçu au CMPP mais qui, plus jeune et alors qu’il était à l’hôpital de jour, fut suivi par Lydie Lemercier. Nous profiterons de sa présence pour échanger sur l’importance de ces rencontres, parfois inespérées pour certains sujets, à partir desquelles ils peuvent tenter de construire des solutions leur permettant de se réinsérer dans l’Autre sur un mode original. La continuité du suivi pour Pierre montrera que le sujet, comme la psychanalyse nous l’enseigne, ne peut jamais se réduire à être l’objet d’un diagnostic.
Valérie Pera-Guillot, membre de l’ECF et de l’ACF-Normandie, viendra nous aider à interroger les travaux de nos deux collègues.

Ce séminaire aura lieu de 18h30 à 20h, les mercredis 28 janvier, 25 mars, 20 mai, 24 juin 2015.

au CMPP Victor Hugo, 1 rue Dulong, Evreux (27)
Consulter le plan d’accès »

Renseignements :
Patrick Petel


Marie-Thérèse Rol

Télécharger l’affiche :

Revenir à Séminaires et enseignements » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».