Université Populaire Jacques-Lacan

IRONIK ! Le bulletin Uforca

Numéro 1 – Septembre 2014

Jeudi 18 décembre 2014, par BB // IRONIK !, le bulletin Uforca


Voici la nouvelle formule du bulletin UFORCA.
Son titre se déduit de sa posture : ironique. Reprenant à son compte
l’invitation de Jacques-Alain Miller, l’équipe de rédaction d’Ironik ! mettra son sérieux à faire valoir la clinique lacanienne. Elle sera à l’heure de l’Autre qui est, d’autant plus qu’il n’existe pas. C’est dire qu’elle sera à l’heure du réel, quand le symbolique est de plus en plus en peine de lui faire une place.
L’ironie est offensive mais non polémique. Offensive parce que comme telle, elle débusque la jouissance à la racine de tous les discours. Offensive parce qu’elle dérange qui veut la méconnaître en dénonçant sa prétendue résorption par la solution de l’universel. Offensive ici, parce qu’en faisant valoir la singularité du cas, elle décolle le ciment à prise rapide de la clinique psychiatrique. Offensive encore, parce qu’elle fraternise avec les pluriels et la discontinuité – signes du réel – sans la protection d’aucune norme.
En cela l’ironie verse dans la solitude. La nôtre vise à être bien entourés. Le siècle est connecté et son économie, linguistique, est son or noir. Notre présence sur le web est la réponse à notre choix forcé. Nous y serons à notre manière et vous, lecteurs, à la vôtre. Les applications du web devront faire avec notre désir !

Comment Ironik ! est-il construit ?

Un dossier : « Travaux d’ UFORCA » vous propose des textes d’enseignements et de travaux issus des sections cliniques. Parfois hétéroclites comme dans ce numéro, parfois à thème, le dossier s’adaptera à la vie et aux événements UFORCA.
À chaque fois, un article à la une : aujourd’hui celui de Patricia Bosquin-Caroz, témoignage d’une cure, de son enjeu « sinthomatique », aune de notre existence.
Nos lanceurs d’alertes animeront tour à tour 5 rubriques. Vous les découvrirez au grès des numéros : Gilles Chatenay (Des désirs, des marchés), Jacqueline Dhéret (Sans pré-juger !), Philippe Lacadée (S. K. beau), Marie Tabarin (Scientif-hic !) et Martine Versel (Smartweb). Nous avons notre propre veille (in)sanitaire, celle qui tient compte de l’irréductible et de l’obscénité de la jouissance. Pas la veille des datas mais celle des faits de discours qui retentissent sur la clinique.
Lacan, sens dessus dessous : une interview par Clotilde Leguil d’un analyste à propos d’une phrase de Lacan qui a résonné pour lui au delà du raisonnement ! Qu’elle semble opaque, qu’elle soit mal comprise, qu’elle énonce ce qui vient de se savoir, qu’elle semble encore recelée un mystère, ou qu’elle soit perdue, comme celle de Philippe Hellebois que vous allez découvrir dans ce numéro, elle a rencontré une oreille et a fait son chemin...
Je remercie Christiane Alberti qui a créé ce journal et a su nous transmettre la flamme !

Ironikement vôtre !

Marie Laurent

Accéder directement à IRONIK ! n°1
et à son contenu
.

Sommaire :

SI LE SYMPTÔME EST UNE JAMBE DE BOIS, COMMENT S’EN SERVIR ?
Patricia Bosquin-Caroz
Je proposerais que le savoir y faire se démontre par la passe comme un savoir lire dont on ne sort pas, ce que l’enseignement de l’AE met à l’épreuve. Quant à la désinvolture, qu’en faire, quel usage ? D’avoir été isolée, elle fut du même coup désactivée. S’il advient qu’elle se réactive à nouveau, elle peut être identifiée comme telle, comme étant cette jambe de bois avec laquelle il y a à savoir y faire. Ainsi, je fais mienne cette sensibilité particulière à la désinvolture de l’Autre et j’en prends quelques distances…

COMMENT NAÎT L’ANGOISSE
Dominique Szulzynger
« Que me veut l’Autre ? » Pas d’hésitation : il veut ma peau ! Le Horla est une figure de l’Autre méchant. Sa férocité semble d’autant plus malveillante qu’il échappe au champ spéculaire. Le point culminant de l’angoisse est atteint au moment où…

PARCOURS DES MATHÈMES ET MANIEMENT DE LA CURE
Sylvette Perazzi
Les mathèmes lacaniens ne sont pas définis une fois pour toutes. Leur signification varie dans le cours de l’enseignement. Pourtant ils ne s’annulent pas les uns les autres ; le plus souvent, toutes les références restent valides…

LA LETTRE AU PÈRE
Chantal Bonneau
Comment lire Kafka dégagé de nos habituels modes de pensée, nos routines et nos préjugés ? Jacques-Alain Miller nous prévient : « Ah, ne lisez pas la lettre au père si c’est pour la croire écrite par votre semblable… »

LES ALLERS-RETOURS D’ANATOLE
L’équipe d’une institution médico-sociale s’attèle à faire le bien d’Anatole, qu’elle accueille en son sein. Tour à tour indolent et opposant au symptôme institutionnel, ce dernier le lui rend bien…

WORDS ARE MONEY
Gilles Chatenay
Où la plus-value – en lacanien : le plus-de-jouir – se produit-elle, désormais ?

AVANT TOUTE DÉCISION…
Jacqueline Dhéret
Le sujet moderne n’est pas tant confronté à une désorganisation en matière de famille, qu’à l’accroissement de ses formes, ce qui n’est pas sans faire apparaître le caractère de fiction des semblants qui l’organisent…

LACAN SENS DESSUS DESSOUS
Clotilde Leguil interviewe Philippe Hellebois.

Accéder directement à IRONIK ! n°1 et à son contenu.

Revenir à IRONIK ! ou à l’Antenne clinique.
Revenir à l’Accueil du site » ou à la rubrique Lire, écouter, voir ».
Accéder directement à l’Agenda ».