L’Éditorial de la déléguée régionale de l’ACF-Normandie

... Un colloque

Décembre 2014

Samedi 6 décembre 2014, par BB // Présentation de l’ACF


« Un colloque. Pas mal, ce terme. Je l’aime assez. On parle ensemble. Je veux dire dans le même endroit. Cela ne veut pas dire pour autant que ça pense. Chacun parle, et comme c’est dans le même endroit, ça colloque. « Colloque » est un terme sans prétention, à la différence du terme « dialogue ». Dialoguer est une des plus énormes prétentions de notre époque. »

Jacques Lacan, Mon enseignement, p. 77.

Après les Journées de l’ECF, qui ont connu un succès jusque là jamais obtenu avec plus de trois milles personnes qui y ont participé dans une ambiance de travail qui a su transmettre un véritable désir vers la psychanalyse, il est temps de penser à notre Colloque qui sera un point de capiton de l’étude de la psychanalyse dans notre région. Pour colloquer, nous aurons la joie d’accueillir Marie-Hélène Brousse, psychanalyste et rédactrice de la revue La Cause du Désir.

Pour préparer le thème de ce colloque, vous pouvez vous reporter au numéro 88 de La Cause du Désir : « L’expérience des addicts » qui vient de sortir et qui porte comme son nom l’indique sur la question de l’expérience qu’est toute forme d’addiction. Ce numéro vise à « faire surgir un savoir nouveau » que chacun pourra y glaner au fil de sa lecture.

Lors de ce colloque, nous aborderons plusieurs thèmes autour de la question du corps en psychanalyse. En fonction de vos lectures, de votre pratique, vous pouvez nous envoyer des textes que nous diffuserons avant le colloque (5000 signes environ).

Enfin pour intervenir lors du colloque, envoyez-nous aussi vos propositions afin que le comité scientifique commence à organiser le travail.

Dans le numéro 88 de La Cause du Désir, il y a aussi un inédit de Lacan dans lequel il répond aux questions d’un journaliste italien de la revue Panorama sur la difficulté de son enseignement : « Je le sais, on me tient pour un obscur qui cache sa pensée dans des rideaux de fumée. Je me demande pourquoi… J’avais des choses à dire et je les ai dites. Il me suffit d’avoir un public qui lit. S’il ne comprend pas, patience…. Je suis convaincu que dans dix ans au maximum, celui qui me lira me trouvera tout à fait transparent, comme un beau verre de bière. Peut être dira-t-on alors : ce Lacan, quelle banalité ! » Nous n’en sommes pas encore là, et pour continuer à déchiffrer cet enseignement, l’ACF propose cartels, colloque, études. Mais pas sans l’analyse de chacun déchiffrant son inconscient qui amène peu à peu à un savoir nouveau...
Patience ! Et très bonnes fêtes de fin d’année à tous.

Marie-Claude Sureau,
Déléguée régionale de l’ACF-Normandie

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».

Vous êtes connecté