L’Editorial de la déléguée régionale de l’ACF-Normandie

Janvier s’est installé, nous vous souhaitons une bonne année 2013

Janvier 2013

Mercredi 2 janvier 2013, par BB // ACF 2012-13 : les archives


L’année 2012 se termine, la fin du monde annoncée pour hier est repoussée à une date ultérieure. La vie continue mais les repères d’hier, entamés par la science, ne sont plus ceux d’aujourd’hui ni ceux de demain.
La mise sur le marché toujours plus rapide des produits de la science accélère les effets ressentis du déclin de l’autorité du père. Ainsi les traditions, portées par les idéaux, s’effacent au profit d’habitus créés de toute pièce, qui suivent les lois du marché.
Cependant, les tentatives pour restaurer le père ne manquent pas mais faute de trouver appui sur des idéaux qui n’ont plus cours, elles virent au fondamentalisme le plus obscur. D’un autre côté, le scientisme tente de faire fonction d’autorité en installant son pouvoir sur le discours capitaliste ; dans le même temps, il attise la puissance du surmoi dans la mesure où le sujet n’est jamais à la hauteur des prétentions de la science ; le sujet est condamné à en faire toujours plus.

La psychanalyse, qui fait sa place au singulier, entre en opposition avec ce discours de la norme comme visée du bonheur.
Nous avions rencontré cette tentative de normalisation il y a quelques années lors des projets de lois sur les psychothérapies, nous l’avons vu ressurgir en 2012, à propos de l’autisme. A cette occasion, l’ACF-Normandie s’est mobilisée pour mettre en lumière la censure qui était imposée d’abord à la psychanalyse et au-delà à toute forme de prise en charge pluridisciplinaire de l’autisme. Ces prises de position s’inscrivent dans un mouvement plus général qui mobilise l’ensemble du champ freudien.

Mais il ne s’agit pas seulement de dénoncer ; la psychanalyse d’orientation lacanienne se veut aussi une force de propositions. En 2013, l’ACF-Normandie, aux côtés de l’Antenne clinique de Rouen, participera aux questions de société en répondant au thème proposé par Jacques-Alain Miller pour la journée UFORCA national : « Quand les désirs deviennent des droits ». Il suffit d’ouvrir le numéro 4 de France culture papiers pour mesurer combien cette question taraude notre société. Citons seulement « l’eugénisme démocratique » pointé par Jacques Testart, avec sa conséquence immédiate sur la trisomie 21 « qui n’a plus droit à naître » comme en fait le constat Didier Sicard. Ce qu’il y a de terrifiant dans cette vision, c’est son caractère radical et non pensé souligne Sicard. Face au principe de précaution, sous la tutelle de l’assurance maladie et de l’industrie du génome, la notion de choix du sujet est à interroger.

Il s’agit pour la psychanalyse d’éclairer ces phénomènes de notre modernité. Elle convoque à un « tu peux savoir ». La réponse revient à chacun au un par un, en fonction du rapport singulier qu’il aura dégagé dans son analyse « à la jouissance, au désir et au destin, que le discours de la science vise à forclore ».

Le 2 février à Paris sous le titre « L’action lacanienne », le directoire de l’ECF vous convie à une nouvelle Question d’Ecole qui reprendra ces points aux côtés d’autres thèmes cruciaux pour la psychanalyse. Ils seront éclairés par les AE (Analystes de l’Ecole) et la Commission de la passe.

Janvier s’est installé, nous souhaitons à tous une bonne année 2013.

Valérie Pera Guillot
Déléguée régionale de l’ACF-Normandie

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».