L’Editorial de la déléguée régionale de l’ACF-Normandie

Projets pour une politique de la psychanalyse, portés par l’ACF-Normandie

Janvier 2012

Dimanche 1er janvier 2012, par BB // ACF 2011-12 : les archives


2012 est pour l’ACF-Normandie une année de permutation : l’ACF reste, mais ses instances changent.
Nous voudrions ici remercier les collègues qui nous ont précédés ces deux dernières années, en particulier pour le travail de diffusion de la psychanalyse d’orientation lacanienne qu’ils ont accompli, profitant au mieux des outils de la technicité tout droit sortis de l’objet a, les faisant servir à l’étude de la psychanalyse et à son extension.

Dès ce mois de janvier, il revient à la nouvelle équipe de poursuivre l’étude de la psychanalyse et de ses connexions, sous l’égide de l’Ecole de la Cause Freudienne (ECF), suivant en cela le travail de ceux qui l’ont précédée.

Le site de l’ACF-Normandie tient à jour l’Agenda des activités qui se déroulent dans de nombreux lieux de la région ; il témoigne de l’implication soutenue depuis plusieurs années des membres de l’ACF dans l’étude de la psychanalyse d’orientation lacanienne.
Cependant, chaque permutation offre l’occasion de créer du nouveau en s’appuyant sur ce qui s’élabore dans le champ freudien et les Ecoles de l’Association mondiale de psychanalyse (AMP).

Nous pouvons déjà évoquer quelques uns des axes de travail que nous souhaitons ouvrir.
L’ACF, dans la région, assure une fonction de diffusion de la politique de la psychanalyse. Avec sa logistique, ses réseaux, elle est rapidement opérationnelle. Nous avons pu le constater lors des forums consacrés à l’évaluation mais aussi, plus récemment, lorsque nous avons sollicité des personnalités politiques locales en vue de la libération de Rafah Nached. En cela, l’ACF est un relais nécessaire pour soutenir et faire connaître la politique que l’Ecole engage aux côtés de Jacques-Alain Miller.
Toujours suivant cette dimension politique, nous avons constaté qu’il existe dans plusieurs villes de notre région des « Universités populaires ». L’ACF, avec ses membres, peut intervenir dans le cadre de ces universités populaires locales, et ne pas laisser ce lieu aux pourfendeurs de Freud et de Lacan.

L’ACF est sous la responsabilité de l’ECF. Il lui revient de faire savoir ce qui s’élabore à l’ECF ainsi qu’au niveau de l’AMP et des autres Ecoles.
Dans ce sens, dès le jeudi 2 février, l’ACF-Normandie se fera l’écho des travaux de l’Association mondiale de psychanalyse autour du thème du prochain Congrès « L’ordre symbolique au XXIè Siècle ». Trois collègues, en s’appuyant sur les textes publiés dans le Scilicet correspondant, soulèveront des questions d’actualité brûlantes, avec en point de mire : « Quelles conséquences pour la cure ? », quelles conséquences pour le sujet ?
D’autres voies sont également ouvertes pour rendre efficiente la présence de l’Ecole au sein de notre ACF. Parmi celles-ci, citons les Cartels : plusieurs personnes, intéressées par la découverte freudienne et par l’enseignement de Lacan, travaillent dans de petits groupes de quatre ou cinq personnes, « plus une » chargée de la discussion et de « l’issue à réserver au travail de chacun ». Chaque Plus-un doit pouvoir souligner ce que représente l’inscription de ce travail dans l’Ecole. Pour sa part, l’ACF offre sa logistique concernant l’information et la diffusion des travaux de cartels.

C’est essentiel, ce n’est pas suffisant.
Que l’ACF soit sous la responsabilité de l’ECF implique en retour que l’ECF, à travers ses membres, se fasse responsable de ce qui se déroule dans l’ACF. Plusieurs membres de l’ECF s’occupent de la logistique de l’ACF, et la plupart animent des Séminaires d’étude, des conférences qui sont autant de lieux d’échange entre l’ECF et l’ACF.
Grace à ces échanges, pour chacun de ceux qui y participent, la psychanalyse est rendue vivante.

C’est avec cette perspective que nous souhaitons à tous une bonne année 2012.

Valérie Pera Guillot
Déléguée régionale

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».