30e anniversaire du Centre d’Addictologie d’Avranches

Prendre soin de la demande

Vendredi 16 déc. 2011 — Avranches (50)

Mardi 15 novembre 2011, par BB // Rencontres d’hier


Dans le cadre de l’offre de soin telle qu’elle s’applique en institution médico-sociale, le terme de demande peut sembler d’abord facile à saisir, notamment lorsque celle-ci se formule simplement dès les premiers entretiens. En service d’addictologie par exemple, tel patient demande un sevrage, tel autre un produit de substitution, tel autre encore une attestation de présence pour satisfaire à ses obligations. Dans cette perspective, la réponse la plus appropriée à la demande permettrait que tout cela coïncide pour que les choses se remettent enfin en ordre.

Toutefois, la réalité des situations dont nous avons l’expérience nous enseigne qu’au-delà de ce qui s’énonce clairement, quelque chose revient sans cesse, se mettant toujours en travers de ce qui vient répondre à la demande. Il n’est pas rare qu’une fois satisfaite en partie, la demande demeure déçue. Pire, il arrive aussi que des demandes d’arrêt ou de modifications rapides des comportements addictifs entraînent une dégradation de l’état du sujet et nous conduisent à considérer que, parfois, dans sa demande, le sujet se met en danger. Ce quelque chose qu’il s’agira d’éclaircir lors de cette journée clinique, dont nous observons une constance certaine au long de l’accompagnement, ne se laisse pas traiter si docilement qu’on l’espérait au départ.

Ainsi, de cette apparente limpidité de la demande à ses débuts, se déduit progressivement une part plus trouble qui résiste à tout traitement, et dont l’élaboration en équipe en appelle à notre responsabilité. Nous sommes responsables de l’accueil et du traitement que nous réservons aux demandes qui nous sont adressées.

Que nous demandent-ils au fond, chacun à leur manière ? Quels usages
parviennent-ils à faire des institutions qui les accueillent pour endiguer la pente vertigineuse sur laquelle ils glissent parfois depuis longtemps ? Que nous enseignent-ils des solutions, précaires et marginales, toujours singulières et donc originales qu’ils ont su et qu’ils continuent de trouver pour maintenir, même à minima, un lien social ?

Quel accueil leur réservons-nous ? Comment répondons-nous aux demandes qui nous sont adressées, quels effets cela produit-il et — cela peut arriver — que leur demandons-nous à notre tour ? Force est de constater qu’il est maintenant toujours plus attendu des patients qu’ils motivent leur demande qu’il s’agira ensuite d’évaluer afin qu’ils se responsabilisent dans leur projet de soin.

Comment faire alors avec les situations où la fameuse demande tant attendue des professionnels n’advient pas, ou lorsqu’elle est uniquement portée par l’entourage ? Le terme de demande semble alors se différencier de la notion motivationnelle très en vogue actuellement. Ainsi, si la demande s’envisage d’abord du côté des patients que nous accueillons, il semble qu’elle ne puisse l’être sans mettre l’accent sur l’initiative et l’implication des professionnels, représentants et porteurs d’une certaine demande sociale qui évolue sans cesse.

A l’occasion de son 30e anniversaire, le Centre de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie d’Avranches (CSAPA) propose de mettre au travail cette notion qui est venue l’interroger dans son travail d’équipe. Chaque jour un peu plus désireux de s’approcher de la demande réelle du sujet, signe de sa radicale singularité, ce dont nous avons à prendre le plus grand soin, nous avons souhaité construire cette journée autour de deux rencontres cliniques dont l’enseignement n’aura pas été sans effet sur nos pratiques. Deux intervenants du champ de l’addictologie nous feront également l’honneur de leur présence pour contribuer à la réflexion et nous apporter un éclairage précieux sur ce thème :

- Jean-Marc Josson, Responsable de l’Unité d’Hébergement de Crise d’Enaden à Bruxelles, spécialisé dans l’accueil de toxicomanes, membre du réseau TyA (Toxicomanie et Alcoolisme), psychanalyste.
- Pierre Sidon / Psychiatre, praticien hospitalier, Directeur du CSAPA de
Champigny-sur-Marne (94), psychanalyste.

Vendredi 16 décembre 2011 à partir de 9h30
Centre culturel, Boulevard Jozeau Marigné — Avranches (50).

Consulter le plan d’accès.

Inscription et renseignements :
Secrétariat du CSAPA d’Avranches, 02 33 58 63 04

Télécharger la plaquette de présentation :

Télécharger le bulletin d’inscription :

Revenir à l’Accueil du site ».
Accéder directement à l’Agenda ».