Colloque ACF 2010-11

L’affiche

Vendredi 6 mai 2011, par BB // ACF 2010-11 : les archives


Notre colloque sur la féminité et l’hystérie a désormais son affiche,
c’est celle de Daphné saisie par la fougue amoureuse d’Apollon,
sculptée par Gian Lorenzo Bernini entre 1622 et 1625.
Cette œuvre commandée par le cardinal Scipion Borghèse, fixe l’instant
du dénouement du mythe qu’Ovide a mis en poème dans ses Métamorphoses.
Un mythe fait pour nous parler : Apollon, Dieu de la musique des
arts et de la poésie, dieu de la divination — cette catégorie chère à
Lacan qui y voit le modèle de l’interprétation —, se montre désagréable
envers Cupidon qui l’asticote. Pour se venger, Cupidon décoche deux
flèches s’opposant par leur effet, l’une fait naître l’amour, l’autre
fait fuir (« fuir » et non pas « haïr » comme le
prétendent de mauvaises traductions). La première touche Apollon, le
seconde, Daphné. « Aussitôt, l’un aime, l’autre fuit le nom
d’amante ». Belle formule de l’échec du rapport entre les
sexes ! Brillante mise en scène poétique de la dérobade féminine
comme réponse au désir de l’homme. Apollon l’avoue, en fuyant, Daphné
est encore plus belle à ses yeux ! Pourtant, cette fois-ci, Daphné
n’échappera pas continuellement à « l’âme embrasée du dieu »,
la dérobade cessera, Apollon va la rattraper et la saisir. Au moment où
il la rejoint et porte la main sur elle, elle implore son père, le
dieu-fleuve Pénée, et le supplie de lui faire perdre cette apparence
(son image) qui lui a valu de trop plaire. Il l’exauce et la
métamorphose en arbre, elle devient un laurier (Daphné veut dire
laurier en grec). La sculpture de Bernini représente ce moment où
Daphné, qui avait toujours fui la jouissance phallique et fait vœu de
virginité, rencontre l’Autre jouissance en devenant Autre végétal. Cela
fait penser à la remarque que Lacan faisait volontiers : on ne
saura jamais quelle est la jouissance de l’arbre. On peut noter qu’ici
ce moment, où l’Autre jouissance est préférée à la jouissance
phallique, est précédé, d’une part par l’étape du recours à l’Autre
symbolique — Daphné en appelle au père, S(A barré) —, et d’autre part par
l’étape de la sortie de l’imaginaire du corps, à travers l’abandon de
l’apparence humaine. L’Autre jouissance excède et le symbolique et
l’imaginaire.
Ce laurier restera l’emblème du dieu Apollon et de sa gloire ; la
langue en a retenu les « lauriers de la gloire », et les
vainqueurs ont gardé le goût de la couronne de laurier. Depuis le moyen
âge, on nomme lauréat celui qui réussit ses examens, et notre élève
moderne court encore après les baies de lauriers qu’on lui promet à la
fin de ses études secondaires : baca laurea. En somme, on a la
sagesse de promettre la petite jouissance domestiquée par les arts
d’Apollon et inciter au plus-de-jouir de l’objet petite baie, plutôt
qu’inciter à l’Autre jouissance choisie par Daphné. Et c’est très
raisonnable, car faire le choix de Daphné n’est pas sans danger :
il n’est pas de plante plus vénéneuse que le laurier-rose.

Télécharger l’affiche :

Télécharger le bulletin d’inscription :

Revenir à la Présentation du colloque »

Revenir à L’ACF-Normandie » ou à l’Accueil du site ».
Accéder à l’Agenda ».

Répondre à cet article